L'affaire des cargos algériens bloqués dans certains ports en Europe a fait récemment la une de nombreux médias, notamment en France, où deux navires de marchandises appartenant à la Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN) sont bloqués depuis plusieurs jours au niveau des ports de Marseille et de Brest pour des raisons liées au « non-respect du droit maritime » international pour des raisons de « salaires impayés » et de « défaillances techniques ».

Au début de cette semaine, plusieurs médias français ont annoncé que le Saoura, un cargo de la Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN), est retenu depuis le 29 octobre au niveau du port de Brest en France pour une histoire de non-paiement des salaires des membres de l’équipage. Finalement, le cargo Saoura n'est pas le seul à connaître cette mésaventure, puisque 3 autres navires algériens sont dans la même situation.

5 cargos algériens retenus dans plusieurs ports en Europe

En effet, le 5 novembre, plusieurs autres médias ont affirmé que 4 autres navires algériens sont bloqués dans des ports en France, en Espagne en Italie et en Belgique. Entre autres, il s'agit du porte-conteneurs Tamanrasset bloqué au niveau du port de Marseille, Le Timgad retenu depuis le 6 septembre dans le port belge de Ghent et d'un troisième dans un port en Espagne.

À lire aussi :  L'Algérie augmentera sa production de gaz de 10 milliards de m³ en 2023

Les cinq navires appartenant à la CNAN sont interdits de prendre la mer pour les mêmes raisons, souligne la même source. L'affaire, qui a suscité une vive polémique en Algérie, a fini par faire sortir de son silence le premier responsable de la Compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN). En effet, son directeur général Noureddine Koudil est intervenu ce dimanche 7 novembre à la Radio algérienne pour évoquer cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre.

« Il y a de l'exagération… les contrôles des navires dans les ports sont une activité courante », affirme le DG de la CNAN

« Tout est pris en charge pour que ces navires bloqués puissent appareiller le plus tôt possible. C'est sérieux », a indiqué le DG de la CNAN. « Le cargo Timgad est bloqué dans le port belge de Ghent, Le Saoura au port de Brest (France) et un troisième en Espagne », a-t-il précisé, en soulignant que « le cargo Tamanrasset se trouve au port français de Marseille pour des raisons purement techniques ».

Dans ses explications sur cette affaire, le premier responsable de la CNAN dira : « il y a de l'exagération. Il faut savoir que les contrôles des navires dans les ports sont une activité courante. Il s'agit d'une activité routinière de toutes les compagnies du monde. Donc, il est tout à fait normal que nos navires soient contrôlés aussi et d'une manière minutieuse. On trouve de temps en temps quelques défaillances, mais sans grande importance », rapporte l’APS. « Cette histoire est aussi très exagérée dans le sens où toutes les compagnies à l'échelle internationale traversent, à cause de la pandémie du Covid-19, des crises d'ordre financier, font face à quelques soucis de finance, et ont du mal à payer leurs employés », ajoute encore le DG de la CNAN, tout en reconnaissant « un retard de paiement des employés ».