La question de l'immigration continue de susciter le débat un peu partout à travers le monde, particulièrement au sein des pays développés. Considéré par certains politiciens comme un « fléau» qu'il faut combattre, l'immigration reste pourtant un moteur de l'essor économique, d'où l'intérêt à réfléchir à une meilleure approche pour « rentabiliser » cette immigration.

C'est dans ce sens qu'une étude est réalisée récemment en France par le Conseil d'analyse économique (CAE), un organisme chargé de conseiller le gouvernement. Les résultats de cette analyse ont été dévoilés le 9 novembre par l'AFP. L'étude qui suggère tout bonnement au gouvernement français de revoir sa stratégie sur l’immigration et de suivre ce qui se fait dans de nombreux autres pays développés ; à l’instar des États Unis et du Canada.

« L'immigration en France est, comparativement à celle des autres pays de l'OCDE, peu qualifiée, peu diversifiée et peu nombreuse. Or une somme considérable d'études économiques démontre les bienfaits d'une immigration de travail qualifiée et diversifiée, en matière d'innovation, d'entrepreneuriat et donc de croissance et de productivité », souligne l’étude du CAE.

Vers la création d'un système de visas à points en France ?

Les auteurs de l’étude rappellent par exemple qu'aux États-Unis, « les immigrés, qui représentent 13 % de la population, sont à l'origine de 24 % des brevets déposés entre 1940 et 2000, et qu'ils représentent 26 % des entrepreneurs de ce pays en pointe sur l'attraction des talents étrangers. En France, 8 % des brevets sont déposés par des immigrés, qui représentent environ 10 % de la population ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

L’étude du CAE a également souligné les « bienfaits » de l'immigration qualifiée : « la diversité des lieux de naissance des salariés d'une entreprise est source de plus grande productivité, et les effets de réseaux des diasporas créent des ponts avec d'autres pays qui stimulent le commerce extérieur et l'investissement étranger ».

C’est pour cette raison que le CAE préconise de « repenser la politique migratoire » en France, en « développant des canaux d'immigration variés en terme d'origine géographique ». À ce propos, l'étude suggère au gouvernement français, « la création d'un système de visas à points, sur le modèle de ceux existants au Canada ou en Australie », qui a le mérite d'être « transparent, équitable et efficace, mais aussi souple sur les critères privilégiés dans le profil des candidats à l'immigration ».

« Faciliter l'octroi de titres de séjour aux étudiants étrangers à l'issue de leur cursus »

Selon les auteurs de l’étude, la mise en place d’un visa à points va donner « un signal aux immigrés qualifiés qu'ils sont les bienvenus, alors que la France, 19e seulement du classement compétitivité et talents réalisé par l'école de management INSEAD, n'est pas attractive en matière d'immigration qualifiée », affirme à l'AFP Emmanuelle Auriol, co-autrice de l'étude du CAE.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Tout en encouragent la France à « favoriser l'accueil des jeunes qualifiés », notamment à travers « le passeport talents », le CAE recommande également de « faciliter l'octroi de titres de séjour aux étudiants étrangers à l'issue de leur cursus, en assouplissant les critères d'éligibilité, alors que selon une étude, seuls 21 % des étudiants étrangers sont toujours présents en France au-delà de cinq ans passés sur le territoire ».