Un Algérien âgé de 26 ans a été lourdement condamné, mercredi 17 novembre, par le tribunal correctionnel de Paris, en France, pour sa qualité de faux chauffeur de taxi et pour avoir arnaqué des clients. Selon le journal français Le Parisien, Adel B. comparaissait notamment pour escroquerie par fausse qualité de chauffeur de taxi et exercice illégal de la profession.

En effet, le tribunal de Paris a condamné le faux chauffeur de taxi à 18 mois de prison dont 9 mois fermes. Selon la même source, cette condamnation a été assortie d'une annulation de son permis de conduire, avec interdiction de le repasser pendant 6 mois.

L'affaire a commencé au début du mois de septembre, quand deux victimes ont déposé plainte contre le faux chauffeur de VTC. Aussitôt, une enquête préliminaire avait été ouverte contre Adel B. qui racolait d'éventuels clients quotidiennement à la gare de Lyon, dans le 12e arrondissement de Paris. Les éléments de la police des taxi, les Boers, l'avaient interpellé le 6 octobre, après un mois de surveillance et de filatures.

Adel B. était surnommé « le boucher » pour deux raisons ; ses prix excessifs et son attitude dangereuse sur les routes de Paris. À son domicile à Livry-Gargan (Seine Saint-Denis), que les Boers ont perquisitionné, a été trouvée la somme de 7 000 euros en liquide. Pendant la perquisition en question, le chauffeur de taxi n'a pas manqué d'insulter les policiers présents. Il les aurait même menacés de mort. Le prévenu a finalement nié cette accusation de menaces de mort.

À lire aussi :  Des sans-papiers algériens arrêtés pour vente de cocaïne

Ils étaient quatre victimes à s'être constituées partie civile dans cette affaire, selon Le Parisien. « Le boucher » circulait, selon l'enquête, à vive allure et sans les documents nécessaires, notamment la carte professionnelle. Souvent au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité. Certaines victimes ont fait savoir lors du procès qu'elles avaient eu peur pour leur sécurité quand elles s'étaient offert les services du chauffeur Adel B. Ce dernier ne manquait pas de leur faire payer des sommes faramineuses, comme cette victime qui a du payer 150 euros pour un trajet entre le 12e et le 18e arrondissement de Paris.