Israël assouplit les règles de tir contre les civils palestiniens

Le conflit israélo-palestinien risque de connaitre de nouvelles bavures. Cependant, ces bavures seront normalisées. Face à une armée suréquipée, les Palestiniens ne pourront plus lancer des pierres sans être la cible de tirs à balles réelles. En effet, l’armée israélienne a considérablement assoupli ses règles de tir dans les territoires palestiniens de Cisjordanie.

Les soldats israéliens autorisés à tirer à balles réelles : Des règles assouplies

Ainsi, les soldats israéliens sont désormais autorisés à tirer à balles réelles sur des lanceurs de pierres ou de cocktails Molotov, même s’ils ne constituent pas une menace immédiate. Ce changement dans le traitement des « émeutes » sous l'impulsion de la droite israélienne risque de produire des carnages.

L'information a été révélée par la chaîne de télévision publique israélienne Kan et a été confirmée par plusieurs porte-paroles des forces militaires sous couvert d’anonymat, cités par le journal Le Monde.

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

Cependant, l'armée israélienne reste ambigüe dans ses déclarations publiques. Elle s'est contentée d'indiquer que « Les procédures opérationnelles sont régulièrement mises à jour si nécessaire. Étant classées secret-défense, elles ne peuvent pas être publiées ».

L'armée ne dément donc pas l'information. Ces nouvelles règles confirment également la nature discriminatoire de l'État israélien, n'étant applicables que sur les Palestiniens. Les Israéliens bénéficiant de la protection du système judiciaire civil, alors que c’est le régime militaire qui s’applique aux Palestiniens de Cisjordanie.

Face aux Palestiniens, le Tsahal s'affranchit des anciennes règles

L'armée du Tsahal s’affranchit donc des anciennes règles qui  n’autorisaient l’utilisation de la force létale que pour prévenir une attaque imminente. Les soldats pourraient tirer sur les civiles palestiniens juste par ce qu'ils sont présents dans la « zone de combat ».

Cette nouvelle procédure qui confirme le statut d’Israël, qui bénéficie de l’immunité internationale malgré ses multiples atteintes aux droits des Palestiniens. Le Tsahal, qui considère les émeutiers comme des terroristes ; qu'ils jettent des pierres ou des engins incendiaires (cocktails Molotov). L'armée israélienne continue donc d'utiliser des réponses disproportionnées face à un peuple qui veut vivre dans la dignité.

Politique Amnesty international dénonce l’interdiction du voile pour les athlètes françaises aux JO de Paris

Les organisations de défense des droits de l'Homme réagissent

Ces nouvelles règles ont fait réagir les organisations de défense des droits humains. L’organisation B'Tselem a indiqué que cette nouvelle réglementation « ne constitue pas un changement, mais plutôt une transposition de la réalité sur le terrain ». La directrice de recherche de l’ONG Yael Stein affirme que « dans les faits, la situation est déjà catastrophique : nous documentons continuellement des cas de civils tués, même des enfants, alors qu’ils ne constituaient aucun danger ».


Vous aimez cet article ? Partagez !