Le scandale Pegasus, qui a éclaté autour de ce logiciel de fabrication israélienne utilisé par de nombreux pays pour l'espionnage, a ébranlé en juillet dernier la planète entière et continue de défrayer la chronique. Dans cette affaire, le Maroc est l'un des principaux accusés par des journalistes et des ONG. Cependant, des pays tels que la France ont été indulgents envers le Royaume chérifien. C'est désormais autour d'Israël de venir à la rescousse du Maroc.

Toutes les commissions d’enquête lancées par les autorités françaises n'ont abouties à aucune résolution. Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a affirmé dans une interview accordée au journal Le Monde que le Maroc n'a nullement utilisée le logiciel pour espionner, notamment le président français Emmanuel Macron

Israël innocente le Maroc dans l'affaire Pegasus

Ainsi, les alliés du Royaume chérifien s'activent pour l'innocenter des accusations d'espionnage à travers le logiciel Pegasus. Après la France, qui a pris en compte ses relations amicales avec le Maroc pour ne pas l'incriminer, c'est autour d’Israël de défendre son allié. Yaïr Lapid a déclaré au journal le monde, qui fait parti des journaux qui ont fait éclater le scandale, que « personne n’a écouté le téléphone du président Macron ».

Le ministre israélien a ajouté que « le président Macron est un leader inspirant, un vrai ami d’Israël, mais aussi l’un de mes amis personnels. Il est l’un des leaders européens les plus engagés et les plus fermes face à l’antisémitisme. Nous n’aurions jamais fait quoique ce soit qui puisse lui nuire ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Israël ne retirera pas la licence d'utilisation de Pegasus au Maroc

Le chef de la diplomatie israélienne a également affirmé que le Maroc n'a jamais utilisé ce logiciel à des fins d'espionnage. Il a affirmé qu'Israël n'a aucune volonté de retirer la licence d'exploitation du logiciel aux autorités marocaines. Il explique : « Cette licence est très stricte. Nous avons exposé tout le matériel que nous avions aux autorités françaises. Et nous nous sommes assurés que chacun comprenne la différence entre une compagnie privée et une compagnie gouvernementale ».

Aucun acteur politique n'ose accuser ouvertement le Maroc

Il faut souligner que les accusations contre le Maroc ne sont pas légères. Une enquête des journalistes de Franceinfo avait révélé que, selon leurs confrères du journal Le Monde, les services français ont la certitude que le Maroc utilise Pegasus depuis plusieurs années, et pas uniquement contre des cibles dites « légitimes ».

Mais pour autant, on ne souhaite pas l'accuser publiquement d'espionnage. D'autant qu'« on n'arrive pas encore à imputer une responsabilité derrière les attaques ». En France, le lobby pro-marocain a tous fait pour étouffer l'affaire. Les enquêtes diligentés dés l’éclatement du scandale d'espionnage n'ont abouti à aucun résultat, du moins officiellement. De son côté, la classe politique est restée muette dans cette affaire.