Le gouvernement français multiplie les fermetures des lieux de culte musulman  soupçonnées de radicalisme. Une vingtaine de mosquées sont déjà fermées alors que des dizaines d’autres sont étroitement surveillées par les services de sécurité, pour les mêmes motifs.

Le ministre de l’Intérieur français, Gérald Darmanin, a annoncé ce mercredi 12 janvier la fermeture d’une mosquée à Cannes, soupçonnée d’antisémitisme. « Nous fermons l’une des mosquées de Cannes parce que nous lui reprochons des propos antisémites, des soutiens au CCIF  et BarakaCity », a indiqué le ministre de l’Intérieur sur Cnews. Le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France)  et BarakaCity, ont été dissous dans le sillage de l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, précise-t-il.

70 lieux de culte radicalisés en France

La décision du ministre de l’Intérieur de fermer cette mosquée à Cannes intervient dans le sillage de l’offensive des autorités contre les lieux de culte musulmans, soupçonnés de radicalisme. Au total, la France compte 2623 mosquées et salles de prières musulmanes. À ce propos, Gérald Darmanin a indiqué que sur les « plus de 2500 lieux de culte musulmans, on comptait 70 lieux de culte radicalisés ».

Sur les 70 lieux de culte musulmans soupçonnés de radicalisme « 21 lieux de culte sont actuellement fermés, du fait de prescriptions administratives, d’une décision judiciaire, d’une reprise de bail, de travaux ou d’une fermeture administrative », selon des chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur à la fin du mois de décembre 2021.

À lire aussi :  Tenues islamiques dans les écoles : des comportements « provocateurs » et « irresponsables »

21 mosquées sur 99, soupçonnées de séparatisme, fermées en France

Le 14 décembre dernier, le ministre de l’Intérieur a annoncé que « 99 mosquées étaient soupçonnées de séparatisme sur les 2620 lieux de culte musulmans établis en France. À ma demande, ces 99 mosquées ont toutes été contrôlées au cours de ces derniers mois ». Selon Gérald Darmanin, 21 mosquées sur les 99 soupçonnées de séparatisme ont été fermées et 6 sont en cours d’instruction pour leur fermeture.

Le 29 décembre, la préfecture de l’Oise a ordonné la fermeture de la grande mosquée de Beauvais pour six mois. Notamment en raison de prêches « incitant à la haine », « à la violence » et « faisant l’apologie du djihad ». L’imam de cette mosquée appellerait aussi à la discrimination des juifs, des chrétiens et des homosexuels.

Fin octobre, c’est la mosquée d’Allonnes, près du Mans, qui a été fermée pour six mois, car soupçonné de légitimer le jihad armé ou le terrorisme lors de ses prêches. Dans le sillage de cette fermeture, le ministre de l’Intérieur a annoncé le 5 janvier la dissolution de deux associations musulmanes en Conseil des ministres, pour soupçon de radicalisme. Il s'agit de l'Association allonnaise « pour le juste milieu » et l’association « Al Qalam », qui gèrent la mosquée d’Allonnes.