Alors que le débat sur le pass vaccinal en France prend une grande ampleur, le candidat d'extrême droite à l'élection présidentielle d'avril 2022 s'est clairement positionné. En effet, Éric Zemmour a annoncé dans un tweet ce samedi 15 janvier que s'il est élu, il supprimerait le pass vaccinal.

Ainsi, Éric Zemmour se prononce contre le pass vaccinal, qu'il veut supprimer. « Je l'écrivais dans ma tribune du 20 décembre dernier : l'évolution endémique du virus, confirmée par la baisse actuelle du nombre de réanimations, prouve que le passe vaccinal est inutile sur le plan sanitaire et ne répond qu'à un calcul politicien de Macron. Je l'abolirai », a écrit le candidat à la présidentielle d'avril 2022.

Cette déclaration du candidat Éric Zemmour parvient dans un contexte où le débat sur l'utilité de ce pass vaccinal est remise en cause par une partie de l'opposition, mais également par les citoyens français, qui ne cessent de dénoncer des mesures liberticides.

Zemmour pédagogue avec les non-vaccinés

Il faut dire que par ce positionnement d'Éric Zemmour s'oppose frontalement au président actuel Emmanuel Macron. Zemmour avait déjà exprimé son rejet de la stratégie d'Emmanuel Macron concernant la crise sanitaire et la pandémie de Covid-19.

Le 13 janvier sur RTL, il avait déclaré : « là, il y a un échec du vaccin, il faut le reconnaître. Mais on fait avec ce qu'on a […] Je fais appel à la raison. Si les gens ne veulent pas se faire vacciner, on ne va pas envoyer l'armée pour les faire vacciner ! Il faut arrêter ! Ou alors, on décrète la vaccination obligatoire ! » s'est exclamé Éric Zemmour, estimant toutefois qu'il est important de vacciner « les publics vraiment fragiles ». « Que Macron prenne ses responsabilités ! » conclut Zemmour.

Il faut dire qu'Éric Zemmour s'est montré particulièrement pédagogue avec les non-vaccinés, contrairement à Emmanuel Macron. « Moi je pense qu'il faut faire appel à la raison des gens », ajoutant qu'  ils vont se faire vacciner s'ils sont vraiment fragiles ». « Vous savez, ils ne sont pas fous les gens, ils n'ont pas envie d'être malades, ils n'ont pas envie de mourir… Il faut arrêter aussi ! » a-t-il martelé.