Pour éviter l'expulsion, un ressortissant tunisien en situation irrégulière en France n'a pas trouvé mieux que de refuser un test PCR, nécessaire pour l'embarquement à bord de l'avion. Le sans-papiers tunisien a réussi son coup, puisqu'il n'a finalement pas embarqué. Il doit cependant regretter son geste, car il a été arrêté et condamné à la prison.

Les autorités françaises maintiennent toujours la pression sur les ressortissants étrangers se trouvant en situation irrégulière sur leur territoire. Des dizaines de personnes ont été déjà invitées à quitter la France. D'autres ont été expulsés. Les sans-papiers des pays du Maghreb qui sont en nombre important n'ont pas été épargnés par cette bataille sans merci menée par les services de sécurité de ce pays.

Parfois, les ressortissants clandestins jouent au chat et la souris avec les policiers qui les traquent, et ce sur instructions des hautes autorités de l'État. La fin de la semaine écoulée, c'est un sans-papiers tunisien qui a été arrêté par les agents de l'ordre à Besançon. Âgé de 45 ans, celui-ci faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF), indique le journal l'Est Républicain, qui a rapporté l'information mardi 25 janvier.

Condamné à la prison ferme et une OQTF

Le sans-papiers a été invité à quitter le territoire français. Avant d'embarquer dans un avion à destination de son pays, la Tunisie, on lui a demandé d'effectuer un test PCR, comme l'exige le protocole sanitaire. Le Tunisien a refusé de faire ce test. Il a cru bien faire, puisque finalement il n'a pas pris l'avion et il est resté en France. Il a cependant été arrêté de suite. Il a comparu devant le tribunal de Besançon le 24 janvier dernier. Le ressortissant tunisien a été condamné à 4 mois de prison ferme. En plus de cette peine, il a reçu une nouvelle obligation de quitter le territoire, indique la même source.