Le phénomène de la harga touche toutes les catégories sociales en Algérie. Même des mineures sont impliquées dans l’organisation de traversées clandestines vers le sud de l’Europe, comme l’atteste cette affaire traitée par la police espagnole suite à l’arrestation d’un mineur algérien pour le meurtre de 12 migrants clandestins à bord d’une embarcation de fortune.    

Des policiers espagnols ont arrêté récemment à Alicante un mineur algérien, pour homicide involontaire de 12 migrants et appartenance à une organisation criminelle de trafic illicite de migrants. Le mineur algérien figure parmi les rescapés d'une petite embarcation arrivée sur la côte d'Alicante en janvier dernier et dans laquelle seuls cinq des 17 personnes qui avaient embarqué depuis l’Algérie ont survécu, rapporte le site espagnol ABC dans son édition du 6 février, citant un communiqué de la Direction générale de la police espagnole.

Un mineur algérien conduit une embarcation de harraga vers l’Espagne

Selon la même source, les 17 harraga algériens ont déboursé entre 1900 et 2500 euros pour un trajet entre l’Algérie et l’Espagne à bord d’une embarcation de fortune. Les cinq survivants du naufrage, plus le mineur, ont été secourus à 35 km de la côte et transférés au Centre d'Assistance temporaire pour Étrangers (CATE) situé dans le port d'Alicante. Deux d'entre eux ont dû être transférés à l'hôpital d'Alicante en raison d’une grave hypothermie avant d’être libérés.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous le verrous

Selon les éléments de l’enquête, « les chances de réussir la traversée étaient quasi nulles », en raison de l’état de l’embarcation. Cette dernière était un pneumatique gonflable, d'environ cinq mètres de long, avec peu de puissance de moteur et une mauvaise alimentation en carburant.

Le mineur algérien arrêté par la police espagnole pour « homicide involontaire » de 12 harraga

À cela s'ajoute une « surcharge de l’embarcation, l'absence de systèmes GPS et l'inexpérience du skipper qui savait à peine manier le bateau », indique la même source. Des mauvaises conditions qui ont causé la dérive de l’embarcation, pendant six jours, selon la police. De plus, les mauvaises conditions météorologiques ont fait chavirer le bateau et causé la mort de douze occupants et le sauvetage de six autres, dont le mineur interpellé.

L'enquête de la police espagnole a commencé suite une plainte d'un survivant de ce naufrage déposée au niveau du Département de l'immigration et des frontières de la province d'Alicante. Après avoir recueilli les déclarations des autres rescapés et des proches de certains défunts, la police a réussi à identifier les 12 victimes du naufrage.

Les agents de la police d’Alicante ont conclu que le mineur algérien fait partie d'une organisation criminelle de trafic illicite de migrants de la côte algérienne vers l'Espagne. Le mineur, qui a été admis après son arrestation dans un centre de détention pour étrangers, a été mis par la suite à la disposition du parquet  pour mineurs de Valence. Ce dernier a décidé de le mettre dans un centre pour enfants, précise la police.