La situation des ressortissants algériens présents en Ukraine est suivie avec beaucoup d'attention depuis les attaques de l'armée russe dans la matinée de ce jeudi 24 février. Si de nombreux Algériens établis en Ukraine ont déjà lancé des appels aux autorités algériennes pour leur évacuation, d'autres par contre ne comptent pas fuir l'Ukraine, comme en témoigne un ressortissant algérien vivant à Kiev, contacté par ObservAlgérie.

Devant le risque de voir les forces armées russes lancer des attaques sur l'ensemble de l'Ukraine, de nombreux ressortissants algériens établis dans ce pays ont lancé des appels en direction des autorités algériennes afin de les évacuer en urgence. Des appels du genre se sont multipliés ce jeudi à travers les chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux.

De son côté, le ministère algérien des Affaires étrangères a diffusé un communiqué en début de soirée de ce jeudi, où il appelle les ressortissants algériens présents en Ukraine à « faire preuve d'une extrême prudence et à ne sortir de leurs lieux de résidence qu'en cas d'urgence ». Un numéro vert est mis à leur disposition pour entrer en contact avec l'ambassade d'Algérie à Kiev : 0800-500068.

Témoignage d'un ressortissant algérien à Kiev sur la guerre en Ukraine

Devant l'ampleur de cette guerre, de nombreux Algériens établis en Ukraine, tout en affichant leur inquiétude, ne veulent pas pour autant céder à la panique. C'est le cas de ce ressortissant algérien vivant dans la capitale ukrainienne, Kiev, qui s'est confié à ObservAlgérie en fin d'après midi de ce jeudi 24 février 2022.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

« On vit la situation comme la vivent les Ukrainiens et on essaie de ne pas céder à la panique. Ce n'est pas facile, surtout quand tu entends les bombardements à quelques kilomètres de là où tu vis », affirme notre interlocuteur, qui a tenu à rassurer quant au sort des membres de la communauté algérienne établie à Kiev.

« J'ai contacté des amis qui ont décidé de faire des approvisionnements en nourriture et de passer la semaine ensemble. Ils ont aussi trouvé un bunker pour s'y réfugier. Les stations de métro sont aussi des refuges du genre, comme il en existe aux sous-sols de la majorité des bâtiments », explique-t-il. Il ajoute à cela qu'ils sont attentifs et qu'« il faut écouter les sirènes, qui sont déclenchées quand il y a des frappes aériennes ».

Cet Algérien a décidé de rester en Ukraine

Tout en décrivant les scènes de paniques chez les résidents, notre interlocuteur a toutefois tenu à affirmer qu'aucune attaque n'a eu pour cible des civiles. « Je n'ai vu aucune explosion pour le moment, juste deux avions de chasse qui ont survolé la maison. On a aussi entendu une explosion à 5 h et une autre à 13 h », témoigne-t-il.

Questionné sur ce qu'il compte faire face au spectre d'un bombardement de la ville de Kiev, ce ressortissant algérien a eu cette réponse : « Mon plan, c'est de rester chez moi. Si je vois que les soldats russes avancent et prennent du terrain, je quitterai la capitale, pas pour un autre pays, mais pour une petite ville de moindre importance que Kiev ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

« J'ai décidé de rester en Ukraine parce que j'y ai fait ma vie »

Malgré l'ampleur du risque, ce ressortissant algérien établi en Ukraine depuis 2015 ne compte pas pour autant quitter ce pays. « J'ai décidé de rester en Ukraine, parce que j'y ai fait ma vie. Pour moi, quitter l'Ukraine, c'est comme quitter ton foyer, comme quitter ta patrie. Je ne suis pas Ukrainien, mais je me sens chez moi. J'ai ici mes amis et ma famille. Je ne saurais pas les regarder dans les yeux si je les abandonne dans les moments difficiles », explique-t-il avec émotion.

Questionné s'il compte changer d'avis face à une éventuelle escalade et prendre ainsi un vol de rapatriement vers l'Algérie, notre interlocuteur marque un temps de silence avant de répondre. « Ça dépendra du timing. Actuellement, vu la situation et l'évolution des choses, je préfère rester. Mais si ma vie et la vie de ma famille sont vraiment en danger, il est possible que je le considère. C'est juste que je n'ai plus rien en Algérie, rien qui me retienne là-bas et que ma vie est désormais ici. J'y ai fait mes études, j'y travaille, je suis marié, ma famille est ici en Ukraine », nous explique cet Algérien établi en Ukraine depuis 7 ans.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

Tout en se préparant au scénario du pire, cet Algérien, qui écarte l'éventualité de voir la Russie occuper l'Ukraine, a surtout tenu à souligner l'engament du peuple ukrainien pour son pays. « Il y a vraiment un sentiment de patriotisme qui est né depuis 2014 et qui s'est renforcé depuis ce matin à 5 h. Il y a une énorme mobilisation pour des milices et des réservistes qui ont rejoint le front de l'Est », nous révèle-t-il.