L'audition par la commission des Affaires étrangères de l'APN des dirigeants des compagnies de transport aérien et maritime, Air Algérie et Algérie Ferries, a eu lieu dimanche 6 mars. Les députés de l'émigration les plus en vue sur le terrain étaient présents à cette séance de questions-réponses et ils n'ont pas manqué d'évoquer cet épisode.

En effet, les deux députés de l'émigration représentant les deux circonscriptions de la France, en l'occurrence Abdelouahab Yagoubi, (France-Nord dont Paris) et Tawfiq Khedim (France-Sud dont Marseille) ont publié sur leurs pages Facebook, quelque temps après la fin de l'audition en question, des déclarations brèves et sans grands détails pour ne pas court-circuiter les hauts responsables de l'État à qui revient la prérogative de faire les annonces officielles.

En fait, les deux parlementaires ont juste voulu annoncer une tendance vers l'ouverture, notamment des frontières algériennes, qui permettra à coup sûr d'augmenter le nombre de vols internationaux. Cette hausse dans le nombre de vols va engendrer inévitablement une baisse des prix des billets d'avion qui sont, en ce moment, scandaleusement élevés. Surtout que les compagnies aériennes, notamment françaises, profitent encore de l'approche du mois de ramadan et de la fête de l'Aïd pour augmenter leurs tarifs et saigner les Algériens de France.

Dénouement imminent, affirment les parlementaires

« Nous avons achevé l'audition du directeur de la compagnie de transport maritime et du directeur d'Air Algérie. Dieu merci, enfin, il y a une tendance des autorités vers l'ouverture et le retour progressif vers les vols comme avant la pandémie », a fait savoir le député Abdelouahab Yagoubi dans sa publication, mise en ligne dans la soirée du dimanche. Il promet, en outre, des détails dans les quelques prochains jours.

De son côté, Tawfiq Khedim, le parlementaire basé à Marseille, a publié pratiquement la même information, en promettant l'ajout de détails prochainement. « Nous avons achevé, il y a quelques heures, deux réunions au niveau de la commission des Affaires étrangères et de la communauté nationale à l'étranger au niveau de l'Assemblée populaire nationale et nous avons écouté le Directeur général de l'Entreprise nationale du transport maritime des voyageurs et le Directeur général d'Air Algérie. Selon eux, le dénouement est imminent », a indiqué le parlementaire.

Cela fait deux années que les ressortissants algériens vivant à l'étranger dénoncent le manque de vols et les prix élevés des billets. Ceux, plus nombreux, établis en France restent les plus atteints, donc, les plus virulents dans leurs dénonciations. Ils n'ont pas manqué d'ailleurs de lancer des pétitions pour exiger des autorités de rouvrir les frontières pour augmenter le nombre de vols et faire baisser les prix des billets.