Les prix des billets d'avion et la réouverture totale des frontières continuent d'alimenter les débats en Algérie, vu les polémiques que cela a suscitées, notamment parmi les membres de la diaspora algérienne. Cette fois-ci, c'est le PDG d'Air Algérie qui est intervenu en réponse à une interpellation d'un membre de l'Assemblée nationale algérienne.

En effet, le patron du transporteur national, Amine Debaghine Mesroua, a répondu au député de la circonscription France-Sud, Tawfiq Khedim, qui l'avait interpellé sur différents sujets, notamment les prix élevés des billets, la reprise des vols, la vente des billets pour des vols non autorisés et le remboursement des billets annulés.

À ce titre, Air Algérie continue à rejeter la responsabilité des prix exorbitants à ses concurrentes, parmi les compagnies desservant les aéroports algériens. Du texte du PDG d'Air Algérie publié par le député sur sa page Facebook, il ressort que le gouvernement a mis sur pied une commission d'enquête ordonnée par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, dans le but de comprendre la hausse exagérée des prix billets d'avion pour les vols à destination de l'Algérie.

Ce que l'enquête a révélé en matière de prix des billets

« En ce qui concerne les prix des billets entre la France et l'Algérie, nous portons à votre connaissance qu'après convocation d'une enquête à ce sujet par monsieur le Premier ministre, il s'est avéré que les prix élevés étaient dus aux pratiques des compagnies aériennes françaises qui appliquent des tarifs beaucoup plus élevés que ceux adoptés par notre compagnie, et ce en raison de la contrainte imposée par l'ouverture partielle de l'espace aérien », a affirmé Amine Debaghine Mesroua. En ce qui concerne la réouverture totale des frontières ou le retour au programme d'avant la crise sanitaire, la compagnie Air Algérie rappelle que cette question « demeure jusqu'à maintenant tributaire de la décision des hautes autorités du pays ».

À lire aussi :  L'Aéroport de Paris va limiter le nombre de vols vers l'Algérie

L'opération de remboursement des billets en cours

Par ailleurs, le PDG de la compagnie aérienne algérienne a évoqué dans sa correspondance le problème des billets mis en vente pour des vols non autorisés dans le cadre de la réouverture partielle des frontières. Là aussi, il botte en touche en parlant des agences de voyages et non des compagnies aériennes qui s'en sont rendues coupables. « La majorité des agences de voyages privées veillent à vendre des billets pour des dates éloignées, pour ensuite les modifier pour des dates plus proches. Nous précisons que notre compagnie a déjà rendu public le programme des vols autorisés par le biais d'annonces officielles », a-t-il nuancé.

Pour ce qui est du remboursement des billets des vols annulés en raison de la crise sanitaire, le responsable d'Air Algérie a affirmé que cette opération est en cours. Il précise cependant que sa compagnie préfère voir le client consommer son billet. Il estime que l'opération de remboursement « prend toutefois du temps au vu des nombreuses demandes. Air Algérie demeure également dans le souhait de couvrir la demande au lieu d'effectuer des remboursements ».