Une Algérienne, qui se dit victime de violences conjugales en France, est menacée d’expulsion vers son pays. Cette femme, qui avait pourtant bénéfice d’un titre de séjour à son arrivée il y a dix ans en France, fait aujourd’hui l’objet d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Elle s’appelle Nacera Bouzidi. Elle est âgée de 43 ans et originaire de la wilaya de Mostaganem à l’ouest de l’Algérie. À son arrivée il y a 10 ans en France, cette femme n’avait qu’un seul objectif : construire sa vie. Mais aujourd’hui, Nacera ne veut qu’une seule chose : ne pas se faire expulser du territoire français, elle qui est visée par une OQTF.

Dans son témoignage publié ce mardi 15 mars par le journal français La Dépêche, cette Algérienne a lancé un appel en direction des autorités françaises afin qu'elles se penchent sur sa situation, elle qui affirme être victime de violences conjugales. « J’aimerais que la préfecture regarde mon dossier, et que les associations puissent aussi se pencher sur mon cas », affirme-t-elle.

Arrivée en France il y a dix ans, Nacera est visée par une OQTF

La vie de Nacera a basculé en 2019, suite à son mariage avec celui qu’elle avait rencontré trois années auparavant dans la région de Toulouse. Une région où vit une partie de sa famille et où elle avait trouvé un poste de travail comme aide-cuisinière dans un restaurant, elle avait obtenu sa carte de séjour en 2017.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Mais sa vie se transforme en calvaire lorsqu’elle tombe malade, ce qui l’avait contrainte à observer un arrêt de travail de six mois. Une situation qui s’est répercutée, selon elle, sur sa vie de couple. Son mari, qui fait face à des difficultés sur le plan financier, aurait mal accepté qu’elle reste au chômage. « Quand on s’est installé ensemble, d’abord à Fleurance puis à Auch, les problèmes ont commencé. Il avait énormément de dettes et il voulait que je l’aide financièrement », témoigne-t-elle.

« Je voudrais que mon mari soit condamné, il m’a pourri la vie »

C’est à partir de là que Nacera se retrouve face à la violence de son mari. Certificats médicaux à l’appui, Nacera Bouzidi avait déposé deux plaintes, en juillet 2020 et en juin 2021. Elle a fini même par faire appel à la police pour faire sortir son mari de chez elle. « Aujourd’hui, il vit chez sa mère », précise-t-elle.

À ce problème de violences conjugales, Nacera a fait entre temps la demande pour obtenir le statut de conjointe de français, elle a reçu en mars 2021 de la part de la préfecture une Obligation de quitter le territoire français la France (OQTF). Pourtant, elle était titulaire d’un CDI et d’une carte de séjour valable jusqu’en septembre 2021, explique-t-elle. Et sa situation se complique encore, car une deuxième OQTF vient de lui être notifiée ce mois-ci.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Une décision contestée par l’avocat de Nacera Bouzidi. « Le refus de séjour était injustifié et portait une atteinte disproportionnée à sa vie privée et familiale », explique Me Cohen. De son côté, Nacera espère que la préfecture va se penche à nouveau sur sa situation, elle veut aussi obtenir justice. « Je voudrais que mon mari soit condamné, il m’a pourri la vie », lâche-t-elle.