La crise entre l'Algérie et le Maroc risque de s'amplifier, avec l'implication de la France. En effet, l'annonce d'exercices militaires franco-marocains non loin des frontières algériennes pourrait susciter un tollé chez les autorités algériennes.

Depuis le 1er mars, un exercice interarmées maroco-français, baptisé « Chergui 2022 », se déroule dans la région d'Errachidia à l'Est du Maroc. Ces manœuvres militaires, qui s'inscrivent dans le cadre de la coopération entre la France et le Maroc, se poursuivront jusqu'au 25 mars, a indiqué lundi 21 mars l'état-major des Forces armées royales dans un communiqué repris par l'agence de presse marocaine MAP.

Le Maroc et la France en exercices militaires

Les travaux de planification de cet exercice militaire ont « été conjointement menés entre les responsables militaires des deux pays, en France et au Maroc, depuis septembre dernier », indique le communiqué publié 20 jours après le début de ces manœuvres.

« Chergui 2022 est un exercice interarmées mené dans le cadre des missions de défense de l'intégrité territoriale, visant à consolider les capacités de planification et le développement de l'interopérabilité technique et opérationnelle entre les Forces armées royales et l'Armée française », précise la même source.

Selon les médias marocains, ces exercices militaires franco-marocains qui déroulent pour la toute première fois à Errachidia, dans la nouvelle zone militaire à l'Est du Maroc, ont  débuté par des entraînements techniques et de reconnaissance du terrain menés par des pilotes militaires français et marocains. La 4e brigade d'aérocombat de Clermond-Ferrand, très réputée en France, participe à cet exercice.

Une provocation pour l'Algérie ?

Ces manœuvres militaires maroco-françaises risquent de susciter la colère des autorités algériennes vis-à-vis de la France, dans un contexte de turbulences diplomatiques entre la France et l'Algérie. Le contexte du déroulement de ces manœuvres peut être perçu par Alger comme une double provocation de la part du Maroc et de la France et pourrait se répercuter sur les relations entre Alger et Paris, notamment en matière de coopération militaire.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Rappelons que l'Algérie avait décidé de fermer son espace aérien aux avions militaires françaises en octobre dernier, avant de revenir à de meilleurs sentiments après plusieurs mois de brouille. Désormais, des avions militaires français traversent l'espace aérien algérien pour se rendre au Mali et rapatrier les soldats français et leurs alliés qui y étaient en mission.