Alors que les tensions entre l’Algérie et le Maroc ont atteint leur paroxysme, le royaume chérifien a décidé de redécouper son territoire en 3 zones. Avec ce nouveau découpage, le Maroc crée une nouvelle zone militaire le long de sa frontière avec l’Algérie. Une décision qui va encore compliquer les relations entre les deux pays dans une conjoncture de tensions extrêmes.

Ainsi, les relations risquent de se dégrader davantage entre les deux pays. Selon la revue officielle de l’Armée marocaine – dans son édition du 21 février –, le territoire marocain qui était jusque-là divisé en 2 régions militaires (nord et sud) se découpe désormais en 3 secteurs avec la création de la nouvelle « zone Est », le long de la frontière orientale avec l’Algérie.

La même source révèle que le commandement de cette zone a été confié au général de division Mohammed Miqdad, dont la cérémonie d’investiture a eu lieu le 5 janvier. Cette revue explique que « La création de cette entité a pour objectif d’assurer la cohérence du commandement, du contrôle et du soutien des composantes terrestres, aériennes et maritimes des FAR », et de leur donner « plus de souplesse et de liberté d’action, nécessaires à l’accomplissement des différentes missions ».

L'Algérie visée par ce mouvement des FAR ?

Il faut dire que ce nouveau découpage parvient dans une conjoncture particulièrement tendue entre l’Algérie et le Maroc. La nouvelle zone militaire pourrait être perçue comme un acte hostile par l’Algérie. Elle est aussi porteuse d'un message du Maroc à l’Algérie dans le sens d'exacerbation du conflit entre les deux pays.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

En effet, concrètement, cette nouvelle zone militaire voulue comme un prolongement de la zone militaire sud implique le déploiement de systèmes de défense antiaériens, de radars de surveillance et de drones. Sa création implique également le positionnement des unités militaires fixes et parfois aussi l'application de la loi militaire. Il faut donc s'attendre à une réaction algérienne et à des décisions dans le même sens sur les frontières des deux pays.