Alors que leur réouverture était prévue pour le samedi 30 avril 2022 à minuit, les frontières de Ceuta et Mellila, entre l’Espagne et le Maroc, resteront fermées pour quinze jours. C’est ce qu’a annoncé le ministère de l’Intérieur espagnol en évoquant « des détails à finaliser ».

Le 29 mars dernier, l'Espagne a décidé de prolonger la fermeture des frontières de Ceuta et Melilla avec le Maroc au moins jusqu'au 30 avril. Au moment où les populations des deux côtés des frontières attendent la réouverture des frontières entre l’Espagne et le Maroc à travers les enclaves de Ceuta et Mellila, à partir du samedi 30 avril, le gouvernement a décidé finalement de prolonger leur fermeture pour 15 jours. C’est ce qu’a annoncé ce samedi le ministère espagnol de l’Intérieur.

Les frontières de Ceuta et Melilla resteront fermées pour 15 jours

En effet, selon l’ordre publié le samedi 30 avril, au Bulletin officiel, cité par le ministère de l’Intérieur espagnol, « la fermeture de la frontière avec le Maroc sera prolongée de 15 jours, afin que soient conclues les conditions de réouverture progressive et ordonnée des postes-frontière à l’entrée et à la sortie de Ceuta et Melilla ». Il s’agit de « finaliser tous les détails et mécanismes qui régissent la réouverture des frontières terrestres », précise la même source.

À lire aussi :  Le ministre de la Justice au Maroc pour remettre l'invitation de Abdelmadjid Tebboune à Mohammed VI

Ainsi donc les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, seules frontières terrestres de l’Union européenne sur le continent africain, resteront fermées pour au moins deux autres semaines sur décision des autorités espagnoles.

Suspendus lors de la première vague de la pandémie Covid-19 au printemps 2020, ces postes-frontières, sont restées fermées en raison de la crise diplomatique de 2021, entre le Maroc et l’Espagne. Mais avec le réchauffement de ses relations en mars dernier avec le Maroc, le gouvernement espagnol a fini par accepter de rouvrir à nouveau les frontières de Ceuta et Melilla. Lors de sa visite début avril à Rabat, le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, avait déclaré que l’un de premiers objectifs du partenariat entre l’Espagne et le Maroc « sera le rétablissement de la circulation des biens et des marchandises aux postes frontaliers de Ceuta et Melilla ».