Un cabinet d'avocat a déposé plainte contre un restaurant parisien pour discrimination envers les Maghrébins. Le cabinet de Sophiane El Baroudi représente plusieurs clients qui accusent le restaurant La Plage Parisienne de discrimination contre les personnes dont les noms sont à consonance étrangère, particulièrement maghrébine.

« Agissant pour plusieurs clients, le cabinet SE Avocat dépose plainte devant le procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris contre le restaurant La Plage Parisienne (groupe Beaumarly) pour des faits de discrimination avérés », a affirmé le cabinet de Sophiane El Baroudi dans un communiqué de presse, diffusé lundi 2 mai.

En fait, l'histoire avec ce fameux restaurant du 15e arrondissement de Paris a commencé le 30 avril avec un tweet du compte « Tajmaât », qui a fait état d'accusations contre le restaurant La Plage Parisienne. « Un restaurant à Paris nommé La Plage Parisienne est accusé de racisme anti-maghrébin, car les demandes de réservation avec des noms à consonance maghrébine sont systématiquement refusées pour forte affluence », avait publié Tajmaât sur Twitter.

Les réservations des internautes avec des noms maghrébins sont refusées

La réaction des internautes ne s'est pas fait attendre. De nombreuses personnes ont, en effet, affirmé qu'ils ont eu la même expérience avec le restaurant en question. À coups de captures d'écran, ils tentent des réservations avec des noms à consonance maghrébine et d'autres avec des noms européens, et ce, pour le même jour et le même horaire. Selon les personnes qui ont fait ces expériences, les refus sont systématiques pour les demandeurs maghrébins avec le motif « pas de places disponibles ».

Mais les réservations des demandeurs européens sont acceptées. En d'autres termes, quand c'est Jean-Pierre qui appelle pour une réservation, la table est disponible, mais quand c'est Mohamed ou Abderrahmane qui fait la demande, il n'y a plus de places disponibles, indiquent ces internautes, pour qui la discrimination est avérée.

Cela a amené au dépôt de plainte du cabinet de Sophiane El Baroudi. « Il ressort, en effet, des éléments en possession du cabinet que ledit restaurant refuse systématiquement les réservations des personnes dont les noms sont à consonance étrangère, particulièrement maghrébine, prétextant pour ce faire une forte affluence », poursuit le cabinet dans son communiqué de presse.

Le même communiqué rappelle les dispositions réglementaires qui punissent la discrimination en matière de services. Il s'agit des articles 225-1 et 225-2 du Code pénal qui stipule que « le fait de refuser la fourniture d'un bien ou d'un service en raison de l'origine réelle ou supposée d'une personne est [...] prohibé ». Selon le même cabinet, le Défenseur des droits est saisi des présents faits. « Il appartient au procureur de la République d'ouvrir une enquête et à la juridiction compétente de dire si le restaurant La Plage Parisienne a commis une infraction », a conclu le cabinet de Sophiane El Baroudi.