La cherté de la vie touche désormais les populations de tous les pays du monde. Avec la guerre en Ukraine, l’inflation a provoqué une baisse du pouvoir d’achat, y compris dans les pays les plus développés. C’est le cas en France, où de plus en plus de citoyens se tournent vers des prêts sur gage, afin de pouvoir faire face à la cherté de la vie.

Un prêt sur gage est proposé par des établissements financiers. Ces derniers proposent aux clients de leur prêter de l’argent à des taux très avantageux, en échange d’un objet de valeur. Par exemple, si vous déposez au niveau de la Banque des bijoux pour une valeur de 500 euros, vous devez rembourser la somme d’argent qui vous est versée et des intérêts en plus.

Le recours aux prêts sur gage est souvent lié à une situation de détresse économique. En Algérie, de nombreux citoyens, notamment des mères de famille, sollicitent les services des agences de prêts sur gage pour faire face à leurs besoins en argent. Le phénomène réservé aux plus défavorisés touche désormais toutes les classes sociales en Algérie en raison de l’érosion du pouvoir d’achat.

Même les pays que l’on croyait prospères, et dont les populations sont bien loties en matière de niveau de vie, n’échappent pas désormais au phénomène du prêt sur gage. C’est le cas en France, ou la majorité de la population fait aujourd’hui face à une dégringolade de son pouvoir d’achat en raison de l'inflation. Face la hausse des prix de l’ensemble des produits et à la perte du pouvoir d’achat, de plus en plus de Français se tournent vers les prêts sur gage.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

Des bijoux de famille contre quelques centaines d’euros

Selon les médias français, toutes les classes sociales sont touchées par l’érosion du pouvoir d’achat. Les prix continuent à flamber, et une bonne partie de la population française, notamment la plus défavorisée, n’arrive pas à joindre les deux bouts. C’est le cas à Toulouse, où de nombreux citoyens se ruent vers le Crédit municipal pour solliciter des prêts sur gage contre le dépôt de leurs bijoux.

C’est le cas de Anissa, une magasinière qui touche environ 1500 euros par mois. Confrontée à des difficultés financières, elle a décidé de solliciter un prêt sur gage en déposant une bague et des boucles d'oreille en or chez le Crédit municipal de Toulouse. Des bijoux de famille qui lui ont rapporté 250 euros chez le Crédit municipal. « De nos jours, on a besoin d'argent, donc on n'a pas le choix, pour pouvoir s'en sortir et finir les fins de mois », témoigne-t-elle au micro d’Europe 1.

« Ça va soulager un peu en attendant des rentrées d'argent. Parce qu'avec le prix de l'essence, les prix dans les magasins, on a besoin de ça », explique-t-elle. Anissa devra toutefois rembourser son prêt dans les six mois avec les intérêts ou elle pourra le prolonger si elle ne s'acquitte que des intérêts à cette date. « C'est en attendant. Juste le temps de se remettre sur les rails, en espérant que les prix baissent un peu », ajoute-t-elle.

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

6 000 prêts sur gage effectués à Toulouse depuis le début de l’année

Selon Franck Paindessous, directeur du Crédit municipal de Toulouse, de plus en plus de citoyens sollicitent des prêts sur gages parce qu'ils ont du mal à faire face aux dépenses quotidiennes. « On est un peu la roue de secours, le dernier recours. Le prêt moyen est de 600 euros. Ça représente de petits montants, mais qui aident vraiment les personnes à s'en sortir », explique-t-il. « On nous dépose essentiellement des bijoux, des bronzes, des petits tableaux, mais beaucoup d'objets en or. Et avec la crise économique, on remarque que les cours de l'or sont très élevés en ce moment, ce qui nous permet de leur prêter plus », ajoute-t-il.

Depuis le début de l’année, ce sont 6 000 prêts sur gage qui ont été effectués au niveau du crédit municipal de Toulouse pour un montant de 4 millions d'euros. « Avec la reprise de l'inflation, il y a des besoins qui ne sont pas remplis, poursuit le directeur. Dans les banques, c'est difficile d'avoir des petits prêts. Ici, il suffit d'avoir une pièce d'identité et un justificatif de domicile » explique encore Franck Paindessous.