Le pouvoir d'achat des Algériens connait une érosion sans précédent. Les ménages ont du mal à boucler les fins de mois et leur situation se complique avec l'arrivée du mois de ramadan. En effet, pendant ce mois, connu par la hausse de la consommation des ménages, les Algériens redoublent d'ingéniosité pour tenir la cadence. Ils sont nombreux à faire appel à des préteurs sur gage. Cependant, ce phénomène, réservé aux classes les plus dévalorisées, touche désormais la classe moyenne.

Ainsi, les agences de prêt sur gage sont sollicitées par différentes classes sociales en ce mois de ramadan. Ce qui révèle que la précarité prend de plus en plus d'ampleur dans le pays. Ces algériens font appel à cette solution afin de se procurer, en toute discrétion, la liquidité à de faibles taux d’intérêt.

La BDL et le prêt sur gage en Algérie

Selon une enquête réalisée par le journal Liberté, la situation économique que traverse l'Algérie a donné naissance à une nouvelle clientèle des agences de prêt sur gage de la Banque de développement local (BDL), qui a conservé le monopole de cette formule alternative du prêt bancaire.

Cette enquête révèle que selon un ancien employé d’une agence BDL d’Oran, « le temps où le prêt sur gage était réservé aux plus démunis est révolu. L’agence reçoit actuellement une clientèle issue de toutes les couches de la société, des plus riches au plus pauvres. Les clients viennent mettre en gage leurs bijoux pour des motifs divers ».

À lire aussi :  Financial Secrecy Index 2022 : L'Algérie contribue-t-elle à l'évasion fiscale et au secret financier ?

L'employé indique qu'« il y a, bien sûr, les retraités avec de maigres pensions qui ont besoin de payer une facture, un loyer ou faire face à des frais de santé, des pères et des mères de familles démunies qui viennent emprunter pour boucler les fins de mois, ceux qui veulent vivre au-dessus de leurs moyens ».

Même les personnes aisées ont recours au prêt sur gage

L'employé ajoute que « l'agence accueille une nouvelle catégorie de clientèle constituée de personnes aisées à court de liquidités qui optent pour cette formule pour se financer à court terme. Nous accueillons souvent des petits commerçants qui ont un besoin urgent de liquidités pour financer des achats ou faire face à une dépense imprévue, des commerçants à la valise qui veulent financer leurs opérations d’importation de biens divers, des personnes aisées qui ne disposent pas de garanties ou de liquidités immédiates, etc. Je connais personnellement une habituée qui vient mettre en gage ses bijoux pour avoir de l’argent de poche ».

Il faut dire que le prêt sur gage est formalisé par un contrat qui mentionne le montant total du prêt, sa durée (de 6 à 36 mois), les modalités de remboursement, les droits attachés au bijou et les conditions pour récupérer le bien mis en gage avant le terme du prêt, mais avant de conclure ce contrat, l’objet remis en gage doit passer par une expertise minutieuse pour s'assurer de l'authenticité de l'or.

À lire aussi :  Manque de main-d'œuvre en France : voici les métiers et les régions qui recrutent massivement

Cette nouvelle tendance révèle ainsi que la crise économique a frappé de plein fouet les Algériens. Ils subissent les retombées de la crise sanitaire, mais également l'impact de l'inflation mondiale qui a explosé en raison de la guerre en Ukraine. Le pouvoir d'achat a reculé d'une façon significative pour toutes les couches sociales.