Élevés au rang divin dans certains pays, stock de viande pour d'autres, les bovins sont justiciables au Soudan du Sud. En effet, c'est un fait divers insolite qui prête surtout à sourire : un taureau et son propriétaire ont été arrêtés par la police et l'animal est accusé d'avoir attaqué et tué un garçon de 12 ans. L'animal risque une peine de prison pouvant aller jusqu'à une année.

Au Soudan du Sud, État fédéral d'Afrique de l'Est, les animaux sont justiciables. Ils peuvent écoper de peines de prison. C'est le cas de ce taureau accusé d'avoir tué un enfant de 12 ans. Les faits se sont produits la semaine dernière près d’une ferme de l’État des Lacs, au centre du pays. Un taureau tirant une charrue a attaqué un enfant, le tuant sur le coup. Alertée, la police est intervenue et a arrêté le taureau et son propriétaire.

À la suite de cet incident, le major Elijah Mabor, porte-parole de la police, a déclaré : « Le taureau est maintenant en état d’arrestation dans un poste de police du comté central de Rumbek », ajoutant que « le garçon a été emmené à l’hôpital pour une autopsie et il a été ramené à la maison pour l’enterrement ». L'animal sera présenté devant la justice et risque une peine de prison.

En effet, au Soudan du Sud, même les animaux risquent la prison. Récemment, un bélier avait tué une femme de 45 ans. La police avait placé l’animal en garde à vue, puis la justice avait condamné le bélier à 3 ans de prison pour meurtre. Concrètement, l’animal passera trois ans en « prison» , dans un camp militaire, puis il sera automatiquement donné à la famille de la défunte comme compensation lorsqu’il aura purgé sa peine, explique la presse locale.

Il reste toutefois à savoir comment le taureau pourra se défendre devant la justice. Plaidera-t-il coupable ? Demandera-t-il un avocat ou même un traducteur ?