Escalade diplomatique entre l'Algérie et l'Espagne. Rien ne va plus entre Alger et Madrid et le traité d'amitié liant les deux pays est gelé par l'Algérie, qui a aussi décidé de sanctions économiques contre le Royaume ibérique. Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Ambarès, a déclaré ce 9 juin que l'Espagne prépare une « réponse adéquate, sereine et constructive, mais ferme, pour la défense des intérêts espagnols et des entreprises espagnoles » en réaction à la décision algérienne.

Ainsi, les relations entre les deux pays se compliquent. Concrètement, l'Espagne perd au change sur le plan économique. Ses entreprises n'auront plus accès au marché algérien. En déclarant que l'Espagne prépare une « réponse adéquate, sereine et constructive, mais ferme, pour la défense des intérêts espagnols et des entreprises espagnoles », le ministre espagnol des Affaires étrangères insinue que le Royaume ibérique ne compte pas accepter la décision algérienne sans réagir.

Cependant, le ministre ne précise pas comment l'Espagne va défendre « les intérêts espagnols et des entreprises espagnoles ». L'une des pistes privilégiées serait de faire appel à l'Union européenne. C'est la piste évoquée par le journal espagnol El Pais. Ce journal affirme que le gouvernement espagnol estime que les représailles commerciales d'Alger violent les accords de l'Algérie avec l'Union européenne.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

L'Espagne perd l'un de ses meilleurs clients

Selon ce journal, qui cite des sources gouvernementales, le gouvernement espagnol étudierait la dénonciation de l'Algérie devant l'Union européenne. Il écrit que « le ministère des Affaires étrangères estime que le gel unilatéral des échanges avec l'Espagne pourrait violer l'accord euro-méditerranéen de 2005, qui a établi un régime d'association préférentielle entre l'ancienne Communauté économique européenne et l'Algérie ».

Il faut dire que l'Espagne, en perdant l'Algérie, perd l'un de ses meilleurs clients. L'Espagne a exporté vers l'Algérie pour 1,24 milliard d'euros entre janvier et août 2021 (contre 1,91 milliard en 2020), alors qu'elle a importé du même pays pour 2,55 milliards d'euros (contre 2,51 milliards en 2020), principalement des hydrocarbures. Le Royaume ibérique est le 3e client de l'Algérie après l'Italie et la France et son 5e fournisseur derrière la Chine, la France, l'Italie et l'Allemagne.

Il faut dire que la suspension du traité d'amitié entre les deux pays fait suite à plusieurs sanctions algériennes. La crise entre les deux pays a pour origine le changement de position de l'Espagne par rapport au Sahara occidental. Un changement considéré par l'Algérie comme une trahison et une transgression du traité d'amitié liant les deux pays.