La crise entre l'Algérie et le Maroc a pris une nouvelle tournure et affecte désormais le secteur de la recherche scientifique. Les autorités algériennes ont en effet décidé de suspendre toute forme de coopération universitaire avec le Maroc. La décision a été prise le lundi 3 juillet 2022 par le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Entre l'Algérie et le Maroc, le retour à la normale n'est pas pour demain. Le 24 août 2021, Alger a pris la décision de rompre ses relations diplomatiques avec Rabat en raison « d'actions hostiles » du Royaume à l'égard de l'Algérie, comme l'avait expliqué le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra. « Les services de sécurité et la propagande marocains mènent une guerre ignoble contre l'Algérie, son peuple et ses dirigeants », a-t-il accusé, promettant toutefois que cette décision « ne touchera pas les citoyens des deux pays »[1]L'Algérie rompt les relations diplomatiques avec le Maroc.

Mais au fil des jours, la crise entre l'Algérie et le Maroc, résultat de plusieurs années de conflit au Sahara occidental, s'est accentuée pour toucher le secteur névralgique de l'énergie. Le 31 octobre 2021, l'Algérie a décidé de mettre fin à la coopération énergétique avec le Maroc en optant pour le non renouvellement du contrat du gazoduc Maghreb-Europe qui dessert en gaz algérien des pays européens via le Maroc[2]Gazoduc Maghreb-Europe : Tebboune ordonne le non renouvellement du contrat avec le Maroc.

Pour de nombreux observateurs, cette décision des autorités algériennes est un signe que le point de non retour est atteint dans les relations entre l'Algérie et le Maroc. La fermeture de l'espace aérien aux avions marocains illustre, selon eux, cette fermeté de l'Algérie à l'égard de son voisin de l'Ouest[3]Fermeture de l'espace aérien algérien : Ce qui change pour la Royal Air Maroc. Alors que du côté des deux peuples, on espère un retour à la normale entre les deux pays, voila que la crise algéro-marocaine prend encore de l'ampleur pour toucher la coopération universitaire.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

L'Algérie interdit à ses chercheurs toute collaboration avec des universités marocaines

En effet, dans une note publiée le lundi 3 juillet 2022, le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique interdit formellement aux universitaires algériens de prendre part à des congrès organisés au Maroc et demande aux chercheurs algériens de cesser toute collaboration avec des publications et revues scientifiques marocaines. Cette note est adressée aux recteurs et chefs d'établissements de l'ensemble des universités algériennes, rapportent plusieurs médias locaux.

La note, signée par le secrétaire général du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, précise que la décision est justifiée par « la présence d'universitaires algériens dans le comité scientifique » d'une revue marocaine connue pour « son hostilité pour l'Algérie ». La note explique que la revue marocaine en question « a déjà publié des articles hostiles à l'Algérie, [et qu'elle] défendent les thèses marocaines sur la question du Sahara occidental ».

Par conséquent, ajoute la note du ministère algérien, il est demandé aux universitaires algériens de « se retirer immédiatement » du comité scientifique de la publication marocaine. Le ministre algérien a également annoncé « l'interdiction de toute participation algérienne aux congrès et colloques scientifiques organisés au Maroc ainsi que toute publication ou travail de recherche dans les revues marocaine ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

References