Plus de soixante années après la fin de la guerre d’Algérie, la question des Harkis continue de susciter le débat aux deux rives de la Méditerranée. Si  pour les Algériens ces supplétifs de l'armée française sont des « traîtres » qui ont tourné le dos à la patrie pendant la Guerre d'indépendance, pour les Français, les Harkis sont des « fidèles » qui ont combattu pour l’idéal républicain de l'époque.

Il n’est donc pas rare, après tant d’années d’histoire, de se retrouver encore en 2022 avec des affaires concernant les Harkis où sont souvent impliqués des Algériens d’un côté et des Français de l’autre. C’est le cas avec l’affaire de ce ressortissant algérien, détenant également la nationalité française, qui est visé par une plainte déposée contre lui en France par une association de Harkis pour avoir qualifié ces derniers de « traîtres »[1]Deux Algériennes condamnées pour avoir qualifié les harkis de traîtres.

En effet, l’association Génération Harkis, dont le siège est à Valras-Plage, dans l’Héraut, a déposé plainte auprès du procureur de Béziers pour diffamation, après la diffusion sur TikTok d'une vidéo dans laquelle un Franco-Algérien accuse les Harkis de « traitres ». C’est ce que rapporte le 15 août 2022 le site Actu.fr[2]Hérault / Pyrénées-Orientales : les Harkis accusés de traîtres sur TikTok, une plainte déposée. La plainte a été déposée le 5 août dernier par Mohamed Djafour, président de l’association Génération Harkis et leurs amis, précise la même source.

À lire aussi :  Des titres de séjour en France contre des terrains en Algérie

Un Franco-Algérien visé par une plainte pour avoir accusé les Harkis de « traîtres »

Les faits remontent au weekend du 1er et 2 juillet derniers, lors du 60e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, organisé au Mémorial national du Camp de Rivesaltes, au nord de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, en hommage aux 20 000 harkis ayant transité par ce Camp. Un événement auquel toutes les associations harkis et pieds-noirs, ainsi qu’un représentant de l’Armée française ont participé. Lors de cette cérémonie, un individu s’est mis à s’attaquer aux Harkis présents en les accusant de « traîtres ».

Le président de l’association Génération Harkis a formellement accusé un « Franco-Algérien » d’être l’auteur des propos « diffamatoires », sans pour autant révéler son identité. « Nous avons formellement identifié celui qui a mis en ligne cette vidéo, toujours visible ce lundi sur TikTok, le procureur de Béziers dispose donc de son identité et de son adresse, en région parisienne », affirme Mohamed Djafour à Actu.fr.

« Il ne faut jamais trahir son pays, surtout l’Algérie »

Dans cette vidéo, le Franco-Algérien visé par la plainte apparait sur les lieux du Mémorial national du Camp de Rivesaltes, en qualifiant les Harkis de « traître ». Le mis en cause a prononcé le terme traître en langue arabe avec en arrière-fond de la vidéo la musique et le chant de l’hymne révolutionnaire algérien, selon la même source. Il a ajouté qu’il ne « faut jamais trahir son pays, surtout l’Algérie ».

À lire aussi :  Des titres de séjour en France contre des terrains en Algérie

« Cette intrusion dans un lieu de mémoire historique en vue d’insulter les Harkis, soldats de l’armée française est scandaleuse et inacceptable par un individu qui se dit "Franco-Algérien" né en France et dont les parents ont tout fait pour demander leur naturalisation française. Cet acte est similaire à l’introduction d’une personne antisémite dans un mémorial de la Shoah, qui insulte les juifs sur fond de musique et de chant militaire allemand », dénonce le président de Génération Harkis.