L'affaire de l'imam marocain Hassan Iquioussen continue de faire l'actualité en France. Alors que le Conseil d'État a validé son expulsion du territoire français, voilà que les autorités marocaines ont décidé de bloquer la procédure. En effet, selon Europe 1, le Maroc a suspendu dans la soirée du mardi 30 août le laissez-passer consulaire permettant l'expulsion de l'imam Iquioussen vers le Royaume, alors que ce dernier est introuvable en France depuis plusieurs jours.

Rebondissement dans l'affaire de l'expulsion de l'imam marocain Hassan Iquioussen du territoire français. Alors que le ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin annonçait, en fin d'après-midi du mardi 30 août 2022, que le Conseil d'État a validé la décision d'expulsion de cet imam vers le Maroc[1]France : Expulsion confirmée de l'imam marocain accusé de promouvoir la haine, une information diffusée ce mercredi 31 août par Europe 1 vient remettre en cause cette expulsion[2]Iquioussen : le Maroc suspend le laissez-passer consulaire permettant son expulsion, Europe 1.

Alors que l'imam Hassan Iquioussen est toujours recherché, lui qui ne se trouve plus chez lui en France, le Maroc a décidé de suspendre son laissez-passer consulaire. « Le Maroc a suspendu hier soir le laissez-passer consulaire permettant son expulsion », rapporte Europe 1, qui a appris l'information auprès de plusieurs sources à Rabat. Conséquences : s'il est arrêté, l'imam accusé d'avoir tenu des « propos haineux » et d'avoir prôné un discours « contre les valeurs de la République » ne peut plus être expulsé pour le moment, ajoute la même source.

L'imam Hassan Iquioussen est introuvable en France

Le laissez-passer consulaire, sésame indispensable pour expulser un étranger en situation irrégulière, a été délivré le 1er août 2022 par les autorités marocaines et a une validité de 60 jours.

Mais à la suite de cette décision du Maroc, l'imam, installé à Lourches, dans le nord de la France, ne peut plus être expulsé. Selon plusieurs sources policières françaises citées par Europe 1, les discussions « se poursuivent entre la France et le Maroc ».

L'entourage du ministre de l'Intérieur  Gérald Darmanin s'est exprimée sur l'affaire de la suspension par le Maroc du laissez-passer consulaire pour l'imam Iquioussen : « Il serait incompréhensible que ce document, qui n'a d'autre fonction que d'officialiser la reconnaissance par le Maroc de la nationalité de Hassan Iquioussen, soit suspendu. Comment peut-on reconnaître la nationalité d'un de ses ressortissants un jour et ne plus la reconnaître le lendemain ? » s'interroge-t-on du côté du ministère français.

Le domicile de l'imam a été perquisitionné dans l'après-midi du mardi 30 août à Lourches, dans le Nord, mais l'imam marocain reste introuvable. Malgré une importante présence policière dans sa commune, l'imam n'est toujours pas retrouvé. Selon certaines informations relayées par les médias français, l'imam marocain pourrait se trouver en Belgique.

L'imam Hassan Iquioussen, poursuivi pour des propos incitant à la « haine raciale », est inscrit au FPR, le fichier des personnes recherchées. Ni sa famille ni son avocate ne précisent sa localisation, indique France Bleu Nord dans son édition du mardi 30 août.