L'imam marocain Hassan Iquioussen, 57 ans, va finalement être expulsé du territoire Français. Le Conseil d'État a validé, mardi 30 août, la décision de son expulsion prise par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. C'est ce dernier qui a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter.

Le prédicateur marocain est accusé par le gouvernement français de « promouvoir la haine » et tenir « un discours qui va à l'encontre des valeurs de la République française ». Il est même considéré comme « une menace » pour la France qui a décidé de l'expulser de son territoire.

Le 28 juillet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que cet imam sera « expulsé du territoire français ». Ce « prédicateur tient depuis des années un discours haineux à l'encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d'égalité entre les femmes et les hommes », a expliqué le même ministre.

Darmanin a affirmé, le 2 août devant l'Assemblée nationale, avoir signé l'arrêté de l'expulsion de l'imam. L'arrêté n'a cependant pas été exécuté. La décision a été rejetée par la justice. Le 5 du mois en cours, le tribunal administratif de Paris a décidé de suspendre cette mesure d'expulsion, arguant que « le seul motif tiré de l’existence d'actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination à l’égard des femmes ne (peut) justifier la mesure d’expulsion sans porter une atteinte grave et manifestement disproportionnée à son droit à mener une vie privée et familiale normale ».

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Hassan Iquioussen a jubilé, mais Gelard Darmanin ne s'est pas avoué vaincu pour autant. Ce dernier a fait appel devant le Conseil d’État. « J'ai bien décidé de lutter contre ceux qui tiennent et diffusent des propos de nature antisémite et contraires à l’égalité entre les hommes et les femmes », avait déclaré alors le ministre de l'Intérieur français.

Affaire de l'imam Iquioussen : Le Conseil d'État désavoue le tribunal administratif de Paris

Gérald Darmanin a fini par avoir gain de cause, pour ainsi dire. Le Conseil d'État a suspendu la décision du tribunal administratif et a validé la mesure d'expulsion. C'est ce qu'a annoncé Darmanin mardi 30 août sur Twitter.

« Le Conseil d’État valide l’expulsion de M. Iquioussen qui tient et propage notamment des propos antisémites et contraires à l’égalité entre les femmes et les hommes. C’est une grande victoire pour la République. Il sera expulsé du territoire national », a écrit le ministre de l'Intérieur français.

« Le juge des référés du Conseil d’État estime que ses propos antisémites, tenus depuis plusieurs années lors de nombreuses conférences largement diffusées, ainsi que son discours sur l'infériorité de la femme et sa soumission à l’homme, constituent des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination ou à la haine justifiant la décision d’expulsion », a expliqué le juge des référés du Conseil d'État dans son ordonnance.