Du nouveau sur la régularisation des travailleurs sans-papiers en France. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin  a annoncé, ce mardi 20 septembre, un changement de la loi sur la régularisation des sans-papiers par le travail. S’exprimant devant l'Assemblée nationale, le représentant du gouvernement a affirmé que la loi actuelle concernant la régulation des travailleurs en situation irrégulière est à la fois "inefficace et inhumaine".

Depuis la réélection d’Emmanuel Macron en avril pour un deuxième mandat à l’Elysée, le gouvernement français ne cesse d’annoncer de nouvelles mesures concernant l’épineux dossier de l’immigration. C’est le président français en personne qui s’est exprimé sur le sujet le 15 septembre dernier devant les préfets. Qualifiant la politique actuelle sur l’immigration "d’inefficace", Macron a annoncé qu’ "un projet de loi relatif à l’asile, donc à l’immigration dans la République, sera déposé dès début 2023".

C’est dans la perspective de la prochaine loi sur l’immigration, que le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a été auditionné ce mardi par la commission des lois de l'Assemblée nationale. Une séance durant laquelle le représentant du gouvernement a abordé la question de la régularisation des travailleurs sans-papiers. Darmanin a proposé à cette occasion un changement législatif pour que "les travailleurs immigrés puissent demander eux-mêmes leur régularisation".

À lire aussi :  Le Maroc va acquérir un système de défense électronique israélien

France : Ce que propose le gouvernement pour les travailleurs sans-papiers

Le ministre de l’Intérieur a d’ailleurs reconnu l' "absurdité administrative" à laquelle font fasse les travailleurs sans papiers en France. "Je ne trouve pas normal que seul l'employeur puisse demander la régularisation de la personne qui travaille pour lui", affirme Gérald Darmanin. "C'est un rapport de force qui n'est pas positif pour le salarié. Si on change la loi, ce sera une bonne chose", a-t-il ajouté.

Jusque là, la loi française ne peut autoriser un travailleur étranger sans-papiers à demander la régularisation de sa situation sans passer par son employeur. D’ailleurs, les syndicats et les défenseurs des droits des migrants réclament depuis longtemps une réforme des procédures de régularisation pour que les employeurs ne soient pas les seuls à pouvoir déposer ces dossiers. Cela crée une relation de dépendance et de subordination entre le travailleur et son patron.