Abdelmadjid Tebboune a annoncé, ce samedi 24 septembre 2022, une augmentation des salaires et une revalorisation des retraites et de la prime de chômage. S'exprimant à l’ouverture des travaux de la rencontre gouvernement-walis au Palais des Nations (Club des Pins, Alger), le chef de l'État a annoncé que ces augmentations seront appliquées à partir de janvier 2023.

Placée sous le thème : « Promotion de l'économie nationale et développement local », la rencontre gouvernement-walis a été marquée par l’annonce du chef de l’État Abdelmadjid Tebboune concernant le pouvoir d’achat. « Nous œuvrons, autant que possible à relever le pouvoir d’achat des citoyens », a soutenu le Chef de l’État tout en relevant que « l’économie nationale commence à se redresser et nous continuerons à lever l'injustice contre le citoyen », selon ses propos rapportés par le site Ennahar.

Dans sa déclaration, Abdelmadjid Tebboune a annoncé que les salaires « moyens et faibles seront augmentés », ainsi que « la revalorisation des pensions des retraités  et de l'allocation chômage ». À ce propos, le chef de l’État a indiqué que ces augmentations sont prévues à partir de janvier 2023 sans donner plus de détails. Évoquant l’allocation chômage, Abdelmadjid Tebboune a indiqué qu’elle sera « maintenue pour l’ensemble des demandeurs d’emploi », avec une revalorisation à partir de 2023.

La revalorisation des salaires sera contenue dans la Loi de finances 2023

Dans son discours, Abdelmadjid Tebboune a demandé au gouvernement de procéder à partir de janvier 2023 à « une révision à la hausse des salaires des enseignants et des paramédicaux », dans le cadre de la révision des statuts particuliers de ces deux corps de la fonction publique. « La révision des salaires de ces deux corps devra être contenue dans la Loi de finances 2023 », ajoute le Chef de l’État.

Abdelmadjid Tebboune a rappelé que l’Algérie compte « revaloriser son produit intérieur brut (PIB) afin de pouvoir intégrer les pays du BRICS ». « Notre économie sera forte quand l’Algérie rejoindra les BRICS. Nous nous y préparons », a insisté le chef de l’État. « Nous avons engagé la bataille de la revalorisation du dinar et nous œuvrons à absorber les effets de l’inflation », lance-t-il. « Nous allons faire en sorte de préserver notre outil de production, même si le processus sera long », ajoute Tebboune.