Le scandale autour du président du Paris Saint-Germain et du Franco-Algérien qui aurait tenté de le faire chanter, révélé par la presse française, n'a pas encore livré tous ses secrets. Parmi les 3 suspects auditionnés par les enquêteurs figure un policier dont le nom n'a pas été révélé, mais qui serait complice de l'ex-policier Malik N.-L. ainsi que de l'entrepreneur et lobbyiste Tayeb B.

Selon Le Journal du dimanche, les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, ont découvert plusieurs affaires dans une affaire, au point où une longue liste de chefs d'accusation pèse sur les trois mis en cause qui ont failli entraîner le patron du PSG, Nasser al-Khelaïfi, dans leur chute.

Ils sont poursuivis pour « aide à l'entrée ou au séjour irrégulier, faux et usage de faux, corruption, trafic d'influence, détournement de la finalité d'un traitement de données à caractère personnel, complicité et recel, violation du secret professionnel, complicité et recel, accès frauduleux à un traitement de données, complicité et recel, vol, compromission du secret de la défense nationale », comme rapporté par le même média[1]Détournement de données : deux anciens policiers et un lobbyiste présentés à la justice, Le Journal du dimanche.

Des titres de séjour contre des promesses de cession de terrains en Algérie

En fait, certaines de ces accusations concernent une des affaires que les enquêteurs ont découvertes en auditionnant les suspects, en l'occurrence celle en lien avec l'octroi de façon indue de titres de séjour à des Algériens en échange de promesse de cession de terrains en Algérie. Dans cette affaire, il semblerait que ce sont le policier, gardien de la paix en disponibilité à la DCIS, et l'ex-policier Malik N.-L. qui sont impliqués. Le lobbyiste franco-algérien Tayeb B. pourrait même être un donneur d'ordre dans cette affaire.

Selon le JDD, plusieurs titres de séjour auraient été obtenus par des Algériens de cette manière. Il ne précise pas leur nombre exact ni les départements où les titres de séjour ont été octroyés. L'hebdomadaire français ne donne aucun détail non plus sur les terrains échangés en Algérie ni les wilayas où ils sont implantés. Mais il annonce des auditions à mener prochainement qui pourraient toucher d'autres policiers. Ces derniers sont susceptibles de révéler de nouveaux détails dans cette affaire.

Pour rappel, le quotidien français Libération a révélé, le 29 septembre, un scandale dans lequel serait impliqué le président du Paris Saint-Germain, Qatari Nasser al-Khelaïfi. Selon les révélations en question, un Franco-algérien, entrepreneur et lobbyiste, a été incarcéré au Qatar après qu'il ait menacé le patron du PSG avec des documents compromettants pour lui et son entourage immédiat. Cette affaire a révélé plusieurs autres sous-affaires dans lesquelles sont impliqués l'ex-policier et le gardien de la paix de la DCIS, ainsi que le lobbyiste.