Tout porte à croire que l'équipe d'Algérie et ses supporters ne sont pas les bienvenus à Marseille, dans le sud de la France. En effet, la préfecture des Bouches-du-Rhône aurait émis un avis défavorable à la demande de domiciliation d'un match amical entre les Fennecs et la sélection de Suède.

Selon le média sportif DzFoot, la FAF a chargé la société Sport Evol Management de s'occuper de l'organisation de cette rencontre amicale entre les Verts et les coéquipiers de Zlatan Ibrahimović. Les négociations avec la Fédération suédoise ayant abouti à un accord, la FAF a déposé une demande à la Fédération française de football et à la mairie de Marseille pour que le stade Vélodrome puisse abriter le match.

Selon la correspondance – dont une copie a été publiée par DzFoot[1]EN. : Algérie - Suède à Marseille, c'est compromis! –, les deux fédérations ont convenu d'un match amical à programmer pour le 19 novembre à 20h30. Pour Sport Evol Management qui s'occupe de cette démarche, environ 60'000 spectateurs seraient attendus au Vélodrome, dont la capacité totale est de 67'324 sièges. La même société organisatrice d'événements sportifs a également prévu la mise en place d'un dispositif de sécurité composé de 1'100 agents dédiés aux différentes opérations de sécurité. Il y aurait également 310 agents et hôtesses dans l'enceinte du stade.

La préfecture des Bouches-du-Rhône refuse le match de l'Algérie

Ce dispositif se voulait un gage de sécurité, notamment pour rassurer les responsables de l'État. Mais visiblement, cela n'a pas été assez convaincant pour la préfecture des Bouches-du-Rhône dont dépend la ville de Marseille et le stade Vélodrome. Le média algérien affirme que la préfecture aurait donné un avis défavorable dès le mardi 11 octobre, soit 4 jours après le dépôt de la demande. C'est un match à haut risque, estime la préfecture qui motive son refus par des risques de sécurité pesant sur la rencontre.

Il faut dire que le dernier match amical qui a opposé le Brésil et la Tunisie a connu certains incidents, notamment en tribunes. C'était le 27 septembre au Parc des Princes, à Paris. La grande catastrophe du Stade de France qui a interrompu le match France-Algérie en 2001 est aussi dans les mémoires. Mais en réalité, c'est aussi ce qu'il se passe après les matchs qui fait peur du côté de l'administration. Les différentes manifestations de joie ne sont pas que joyeuses dans les villes françaises[2]Victoire de l'Algérie à la Coupe arabe : Des centaines d'interpellations aux Champs-Élysées.

Il reste cependant clair que la FAF ne va pas baisser les bras aussi facilement et va certainement tenter de trouver une solution. En concertation avec la FFF, l'Instance présidée par Djahid Zefizef va essayer de trouver un autre stade, toujours dans en France si les responsables locaux maintiennent leur refus de domicilier ce match à Marseille.