Des débordements et des incidents ont été encore enregistrés au niveau des Champs-Élysée, à Paris, à l'issue de la victoire de l'équipe nationale algérienne en Coupe arabe, samedi face à la Tunisie. Des échauffourées ont éclaté entre les forces de l'ordre et les supporteurs algériens sortis fêter le succès des leurs. La préfecture parisienne fait état d'ailleurs de plusieurs interpellations. 

L'Algérie a remporté samedi 18 décembre la Coupe arabe en disposant de la Tunisie sur le score de deux buts à zéro. Des milliers de supporteurs des Verts sont sortis dans la rue pour célébrer cette victoire en Algérie, mais aussi dans d'autres pays. Des ressortissants algériens n'ont pas hésité à envahir les artères des différentes villes en France, en Angleterre, mais aussi au Canada pour faire la fête.

Si la célébration s'est déroulée dans le calme ailleurs, ce n'est pas le cas à Paris, en France, et plus précisément aux Champs-Élysée. Il est à noter que les autorités françaises ont pris la décision d'interdire toute manifestation publique et d’instaurer un périmètre de sécurité autour des Champs-Élysées durant le weekend.

Célébration de la victoire de l'Algérie : 432 interpellations aux Champs-Élysées

Faisant fi de cette mesure, les Algériens ont pris d'assaut cette place malgré la forte présence policière. Les agents de l'ordre ont dû intervenir pour tenter de contenir la foule qui grandissait au fil des minutes. Selon des sources médiatiques françaises et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux, les policiers ont dû utiliser la manière forte pour faire disperser les supporteurs algériens. Des échauffourées ont éclaté entre ces derniers et les fans des Verts qui voulaient continuer à faire la fête. Ces incidents ont duré quelques heures. « Vers 23 h 30, il y avait encore quelques supporteurs sur les Champs-Elysées », indiquent des médias locaux.

La préfecture de police de Paris a rendu public un communiqué, le dimanche 19 décembre, indiquant qu'il y a eu 32 interpellations parmi les Algériens et de 432 verbalisations pour non-respect de l'arrêté préfectoral ou pour infractions routières.