Une semaine après l'assassinat de la petite Lola, attribué à une femme algérienne visée par une obligation de quitter le territoire français, une autre affaire impliquant un sans-papiers algérien fait la Une des médias en France. Ces derniers rapportent qu'une magistrate a été victime, le vendredi 21 octobre, d'une agression sexuelle en pleine rue par un ressortissant algérien sous le coup d'une OQTF.  

Alors que l'affaire de Lola, cette collégienne de 12 ans assassinée le 14 octobre dernier, focalise encore le débat sur le sort des migrants clandestins, voilà qu'une autre affaire impliquant un Algérien en situation irrégulière éclate. En effet, plusieurs médias rapportent qu'une magistrate a été sexuellement agressée le vendredi 21 octobre en pleine rue par un Algérien sous le coup d'une OQTF.

Selon une source policière citée par Le Figaro, les faits ont eu vendredi peu avant 11 heures dans la rue Ambroise Paré, à Créteil (Val-de-Marne), non loin du tribunal judiciaire. Un jeune homme a tenté d'agresser deux jeunes filles en leur criant : « Je vais vous violer ! » Se trouvant à proximité, une autre femme intervient. C'est à ce moment-là que l'agresseur s'est jeté sur elle tandis que les deux autres initialement ciblées parviennent à s'enfuir.

Un Algérien visa par une OQTF

Cette femme qui s'est interposée est une magistrate âgée d'une trentaine d'années en poste au parquet de Créteil, selon la même source. L'homme en question déchire une partie de ses vêtements. La jeune magistrate se débat et appelle à l'aide. Trois passants interviennent et réussissent à mettre fin à l'agression. Ils interpellent eux-mêmes l'auteur de l'agression.

En état de choc, la victime a été prise en charge par les pompiers. Elle souffre de douleurs aux coudes et aux genoux après avoir chuté lors de l'agression. Selon les informations fournies par Le Figaro[1]Créteil : une magistrate agressée sexuellement par un Algérien sous le coup d'une OQTF, Le Figaro, l'agresseur est un Algérien âgé de 23 ans – Kamel R. – visé par une obligation de quitter le territoire français (OQTF) depuis le 13 octobre. Une enquête a été ouverte pour « tentative de viol », confirme le parquet de Paris au même journal.