Entre l'Algérie et le Cameroun, les choses semblent sérieusement dérailler. Depuis la défaite des fennecs algériens face aux lions camerounais, une série d’évènements a eu lieu. Aussi, les accusations, notamment de la part des Algériens, se sont multipliées. Mais l’agression commise par Samuel Eto’o à l'encontre un Youtubeur algérien a constitué un tournant dangereux dans cette affaire.

La défaite de l’Algérie a été cuisante1 et les supporters algériens n’ont jamais réellement réussi à la digérer2. Et ce qui a davantage aggravé les choses, c’est le fait qu’à moult reprises, des espoirs de rejouer le match s'étaient profilés à l'horizon. Mais, au final, ce n'était que des mirages. Durant les 3 matchs que le Cameroun a disputés durant le premier tour de la Coupe du monde, des supporters algériens – rancune oblige ! – ont même supporté les équipes adverses : Brésil, Suisse et Serbie. Les Algériens ont-ils poussé la rancune trop loin ? C’est le cas de le dire.

Au centre de tout ce qui touche l’équipe camerounaise, Samuel Eto’o sera celui qui mènera la polémique à son apogée. En effet, l’agression du youtubeur algérien Sadouni SM a provoqué un émoi à l’international. Le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a bien fini par publier un communiqué dans lequel il a tenu à présenter ses excuses au « public »3. Néanmoins, il n’a pas hésité à accuser les Algériens de faire dans la provocation. « Je m'engage à continuer à résister aux provocations incessantes et au harcèlement quotidien de certains supporters algériens », a-t-il affirmé.

À lire aussi :  Meilleurs footballeurs du monde : Un Algérien et 5 Marocains au Top 100

Matchs du Cameroun et débordements racistes

« Pendant cette Coupe du monde, des supporters camerounais ont été harcelés et importunés par des Algériens sur le même sujet. Je tiens à rappeler que le scénario de l'élimination de l'Algérie fut cruel, mais conforme aux règles et à l'éthique de notre sport », a encore écrit Samuel Eto’o, qui a rappelé que « toutes les voies de recours introduites par la Fédération algérienne de football auprès des juridictions compétentes ont été rejetées »4.

Aussi, les médias ne manquent pas d’alimenter la polémique en jetant de l’huile sur le feu. C’est le cas du journal arabophone Echorouk, qui a été « coupable » d’un titre jugé hautement raciste : « Les Camerounais retournent dans leur jungle, sans pois chiche ni haricots » [archive]. Ce titre, largement décrié sur les réseaux sociaux, a été retiré et remplacé par un autre : « Le Cameroun quitte la Coupe du monde au premier tour ». Sur Twitter, beaucoup de personnes ont tenté de défendre le journal en question, estimant que pour des « lions » (le surnom des joueurs camerounais), il était normal de « retourner dans la jungle ».

Ce débordement raciste, injustifié, n’augure rien de bon. D’ailleurs, Samuel Eto’o l’a bien annoncé dans le communiqué qu’il a publié à la suite de l’incident avec le youtubeur algérien. « Je demande aux autorités algériennes et à la fédération sœur d'Algérie de prendre leurs responsabilités pour mettre un terme à ce climat délétère avant qu'un drame plus grave ne se produise », avait-il écrit. Et c’est à raison, car à ce rythme, les choses peuvent bien s’envenimer.

À lire aussi :  L'Algérie absente de la CAF Super League

  1. L'Algérie perd sa place en Coupe du Monde 2022 

  2. Algérie-Cameroun : Jamel Debbouze accusé, l'après-match tourne au ridicule 

  3. Samuel Eto'o présente ses excuses après avoir agressé un youtubeur algérien 

  4. Algérie-Cameroun : Voici comment la FIFA a traité le recours de la FAF