France : Des intellectuels et personnalités appellent à ne pas priver l'Afrique de ses médecins

Les méfaits de la saignée de compétences que subissent les pays africains n’est plus à prouver, notamment en France. Et le secteur qui en souffre le plus est assurément celui de la santé. En effet, le nombre de médecins qui quittent le continent pour rejoindre les pays développés est tellement hallucinant que même des professeurs et des défenseurs des droits de l’Homme occidentaux ont réagi à travers une tribune hautement critique.

"Ne privons pas l'Afrique de ses médecins" est le titre de la tribune en question. Signée par d'importants professeurs de médecine et également par des défenseurs des droits de l'Homme, elle fustige les politiques des pays occidentaux en matière d’immigration qui facilitent grandement l’accueil des médecins. En effet, les pays développés ont mis, pour la plupart, des mécanismes infaillibles pour attirer ce genre de compétences.

Le projet de loi française sur l’immigration mise à l’index

Les signataires de ladite tribune condamnent, à plus forte raison, le projet de la nouvelle loi française sur l’asile et l’immigration, jugée par les spécialistes de véritable aspirateur des compétences des pays tiers. Ils estiment, en effet, que ce projet de loi, dont l’un des principaux buts est de faire venir du personnel de santé qualifié, n'est pas acceptable".

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

Le professeur André Grimaldi, l'un des signataires de la tribune, estime que "la France ne peut pas, une fois de plus, piller les compétences scientifiques et intellectuelles du continent africain". Il appelle clairement les autorités à retirer le projet. "Voilà des gens qui ont été formés par leurs pays et qu’on veut récupérer en France parce qu’on manque de médecins, sans se poser la question : et leurs malades, dans leur pays, qui va les soigner ?", s’est indigné le professeur.

Médecins étrangers en France : des salaires plus faibles que leurs confrères français

Pour rappel, le projet de loi qui doit être présenté en janvier, prévoit notamment la création d'une carte de séjour spéciale pour les professionnels de santé. Aussi, l'article 7 dudit projet propose un nouveau cadre pour les professionnels de Santé, précisément pour les médecins, les sages-femmes, les chirurgiens-dentistes et les pharmaciens. Et ce que les signataires de la tribune "Ne privons pas l'Afrique de ses médecins" dénoncent vertement.

 

Aussi, nombre de syndicats ont fustigé ces mêmes propositions, estimant que la France devrait penser à améliorer la formation sur son territoire au lieu d’aller puiser dans les pays africains. Les syndicats en question rappellent qu’actuellement, près de 5.000 médecins étrangers exercent dans l'hexagone. Et le pire est qu’ils n'ont pas le même statut et ont des salaires plus faibles que leurs confrères français.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts


Vous aimez cet article ? Partagez !