Disparition de la jeune Sihem dans le Gard : Enlèvement et séquestration ?

collage de photos de Sihem Belouahmia

On en sait un peu plus s'agissant de la disparition énigmatique de la jeune Sihem Belouahmia, âgée 18 ans, qui n'a plus donné de signe de vie depuis 10 jours après avoir quitté l'appartement de sa grand-mère à Salles-du-Gourdon dans le Gard, à l'est de Montpellier.

L'enquête semble en effet progresser. Un suspect en lien avec l'affaire a été « interpellé ce mardi après-midi », rapporte la presse locale. Il s'agit d'un homme d'une quarantaine d'années, qui serait le dernier à avoir été en contact avec la lycéenne Sihem Belouahmia, selon les informations du Midi Libre1.

« Un homme d'une quarantaine d'années a été placé en garde à vue ce mardi par les gendarmes de la section de recherche de Nîmes », rapporte de son côté Le  Parisien. Citant des sources proches de l'affaire. Le journal affirme qu'il s'agit d'un proche de la victime, un certain Mahfoud H. qui « est bien connu de la justice ».

« En 2015, il avait été condamné à 12 ans de prison, avec deux autres complices, pour une série de vols en bande organisée et de braquages à main armée dans la région d'Alès en 2012 », précise-t-on. Il devait d'ailleurs comparaître ce 1er  février devant la cour d'assises du Gard pour une « affaire de séquestration à domicile remontant à 2011 ». C'est pourquoi les enquêteurs « prennent très au sérieux cette affaire, la piste privilégiée étant un enlèvement lié à des individus connus de la justice et qualifiés de dangereux ».

Sihem Belouahmia ne donne pas signe de vie depuis 10 jours

La jeune lycéenne a quitté le logement social en rez-de-chaussée occupé par sa grand-mère Fatima, âgée 95 ans, vers 23 h 10, le mercredi 25 janvier. « Ma mère l'a entendue rentrer vers 23 heures, puis ressortir 10 minutes plus tard. Elle a entendu la porte se refermer. Puis plus rien. Fatima a vraiment toute sa tête. Ma fille n'a pas pris ses papiers d'identité ni son porte-monnaie. Juste son iPhone 13 », racontait Rabah, le papa de la disparue, aux médias.

Depuis Sihem Belouahmia n'a jamais répondu aux multiples appels de ses proches et de sa famille. La lycéenne de 18 ans ne sera plus jamais revue par la suite. Pris de panique, le père est allé déclarer la disparition de sa seule fille, née dans une fratrie de quatre enfants, le lendemain, soit jeudi 26 janvier vers 13 heures, au commissariat de police d'Alès.

« Le dossier a ensuite été transmis au groupement de gendarmerie du Gard, qui a entamé les investigations pour disparition inquiétante », rappelle-t-on. « Le soir de la disparition, il faisait nuit noire et très froid, -4°. Et il n'y avait personne dans les rues », relate de son côté un voisin. Dès lors, les enquêteurs multiplient les auditions, dont celle d'un proche de la jeune fille et de la famille, « mais ce jeune homme n'a pas été entendu sous le régime de la garde à vue ».

Le 29 janvier, les enquêteurs ont sillonné pendant tout l'après-midi les rues du quartier déshérité de l'Habitarelle, qui jouxte les Salles du Gardon et La Grand-Combe, en contrebas de la route nationale 106, pour faire du porte-à-porte. Le jour même, le procureur de la République d'Alès François Schneider a ouvert une procédure pour « enlèvement et séquestration ce qui permet notamment de déployer des moyens supplémentaires d'investigations ».

« Visiblement, les enquêteurs ont des éléments suffisants pour penser que Sihem Belouahmia n'a pas disparu de son plein gré. Ce soir (ce lundi 30 janvier), à ma connaissance, il n'y avait toujours pas de garde à vue. Chaque instant qui passe nous éloigne un peu plus de la vérité et cela entraîne une terrible souffrance pour les parents et ses proches. Nous espérons avoir un dénouement heureux », déplorait Me Sara Benlefki, du barreau de Paris, avocate de la famille.


  1. Disparition de Sihem, 18 ans, près d'Alès : un suspect interpellé ce mardi, la jeune femme toujours introuvable, Midi Libre 

Retour en haut
Share via
Copy link