Aéroport d'Alger : Deux policiers arrêtés pour contrebande de smartphones

Deux policiers exerçant à l’aéroport international d'Alger ont été arrêtés, le mercredi 29 mars, pour leur implication présumée dans une affaire de contrebande de smartphones. Les deux mis en cause sont accusés de complicité avec deux « commerçants de cabas » qui importent de manière illégale des téléphones depuis la ville de Dubaï, aux Émirats arabes unis.

Les affaires de contrebande de marchandise, de trafic de drogue et de transfert illicite de devises depuis et vers les ports, aéroport et postes frontaliers de l’Algérie sont monnaie courante. Des affaires du genre sont régulièrement signalés par les services de sécurité et de la douane algérienne, comme c’est le cas d’ailleurs dans de nombreux autres pays.

Mais ce qui frappe les esprits, c’est lorsque des personnes censées être au-dessus de tout soupçon se retrouvent impliquées dans ce genre d’affaires. C’est le cas de ces deux policiers exerçant au niveau de l’Aéroport international d’Alger qui se retrouvent impliquée dans une affaire de contrebande de smartphones. Les deux mis en cause ont été arrêtés le 29 mars par leurs collègues de la Police des frontaliers (PAF) en possession de 120 téléphones importés illégalement depuis Dubaï par deux commerçants algériens.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

Les deux policiers arrêtés en flagrant délit à l’aéroport d’Alger

Selon le journal arabophone Essalam, les deux agents ont été surveillés et traqués par des éléments de la police de l'aéroport, et ils ont été arrêtés en flagrant délit, avec une quantité implorante de téléphones à l'intérieur d'une voiture en compagnie de leurs deux complices. Après enquête, il s’est avéré que les compagnons des deux policiers sont des « commerçants de cabas » qui ont réussi à importer illégalement depuis Dubaï 120 smartphones.

L’enquête a conclu que les deux policiers étaient complices au niveau de l’aéroport international d’Alger dans l’opération d'enlèvement de la marchandise importée illégalement par les deux commerçants depuis les Émirats arabes unis. Les quatre mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt et ils seront présentés le 2 avril devant le tribunal de Dar El Beida à Alger, ajoute la même source.


Vous aimez cet article ? Partagez !