Recherché en Belgique, aux Pays-Bas et en Guinée, un braqueur marocain arrêté en Mauritanie

C'est une histoire rocambolesque qui a impliqué un délinquant belge d'origine marocaine dans plusieurs pays différents. Ibrahim Akhlal, 27 ans, a été récemment arrêté en Mauritanie non loin de la frontière marocaine, et ce, à la demande des autorités guinéennes qui le recherchaient pour plusieurs délits, notamment évasion de la prison centrale de Conakry.

L'histoire du Belgo-Marocain Ibrahim Akhlal, telle qu'elle est racontée par la presse européenne et africaine, est vraiment abracadabrante. Condamné en Belgique à 21 ans de prison pour plusieurs vols et braquages, il est également réclamé par les Pays-Bas où il a participé, en mai 2021, à un braquage d'une société de métaux précieux à Amsterdam, dévalisant de l'or et des métaux précieux d'une valeur estimée à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Ibrahim Akhlal s'est évadé d'une prison de Guinée après s'être enfui d'une prison en Belgique

En 2020, il avait réussi à s'évader de la prison de Saint-Gilles, en Belgique, ce qui lui permettra de participer au grand casse de 2021 dans la capitale néerlandaise et de quitter carrément le continent européen. Il atterrira à Conakry, en Guinée, avec de faux documents d'identité guinéens, notamment un passeport. Mais grâce à un signalement de la police belge, les services de sécurité de la Guinée ont arrêté Ibrahim Akhlal en décembre 2022 pour « faux et usage de faux en écritures publiques et complicité », alors qu'un haut responsable de la police guinéenne a été suspendu pour corruption.

Faits-divers Trois jeunes Algériens lynchés par la foule en Espagne

Mais il fallait compter sans la ténacité du délinquant « fortuné » belgo-marocain qui a réussi à orchestrer son évasion de la prison centrale de Conakry, et ce, le 5 juin 2023. Les médias guinéens affirmaient qu'Ibrahim Akhlal a pu corrompre « toute la chaîne de commandement sanitaire et pénitentiaire de la maison centrale de Conakry », une opération qui lui aurait coûté 30'000 euros. Le braqueur bruxellois aurait simulé des douleurs dentaires et a été conduit à l'hôpital pour qu'il prenne la poudre d'escampette durant le trajet.

Visiblement, le butin du braquage d'Amsterdam continue d'être utile pour Ibrahim Akhlal qui n'hésite pas à l'utiliser pour corrompre les policiers et autres personnels des prisons en Afrique. Cette fois, il a été arrêté sur le territoire mauritanien, mais près de la frontière de son pays d'origine. Ce qui laisse à croire qu'il se dirigeait vers le Maroc avant que les policiers mauritaniens ne lui mettent la main dessus. Les Mauritaniens, policiers, employés de prison… sauront-ils résister à la corruption d'Ibrahim Akhlal ?


Vous aimez cet article ? Partagez !