Deux mosquées visées par des tags antimusulmans en France

Les attaques contre les lieux de culte musulmans ont resurgi, en France. Deux mosquées ont été, en effet, la cible ces derniers jours d'actes antimusulmans. Après la mosquée de Pessac visée dans la nuit du 4 au 5 novembre par des tags islamophobes, une mosquée de Lyon a été la cible d'un acte similaire, mercredi 15 novembre.  

Les fidèles de la mosquée de la Croix rousse à Lyon ont découvert mercredi à leur sortie de la prière de midi, une inscription antimusulmane peinte sur le mur d'entrée du lieu de culte. « L'islam est antisémite » : un tag antimusulman qui est inscrit à la bombe de peinture noire, récemment sur le mur de la mosquée, selon son président Djamel Hellal, cité par Le Figaro.

Le responsable de la mosquée qui a indiqué qu'il va porter plainte a assuré que c'est la première fois que son lieu de culte est pris pour cible. « Il n'y a jamais eu de soucis, même depuis les événements récents », a-t-il dit à propos de la guerre en cours au Proche-Orient. « On se trouve face à une montée d'actes islamophobes et antisémites qui n'ont pas lieu d'être sur le sol français », regrette encore Djamel Hellal. « Ce conflit ne doit pas s'exporter. L'Islam est parfois pointé du doigt, mais nous voulons la paix », ajoute-t-il.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

La mosquée de Pessac, en France, ciblée pour la 4e fois par des actes antimusulmans

Ces actes contre les lieux de culte musulmans ne se limitent pas à une région de France. La mosquée de Pessac dans le département de la Gironde a également été visée par des tags antimusulmans. Cela s'est passé dans la nuit du 4 au 5 novembre, lorsque les fidèles ont découvert des inscriptions sur les murs de la mosquée dont un s'apparente à une menace de mort, selon plusieurs médias français. « La France aux Français », « Vos cercueils ou vos valises ». Ces formules ont été taguées sur la mosquée de Pessac accompagnées de croix de Lorraine.

Le président de l'association qui gère la mosquée,  Abdourahmane Ridouane, avait dénoncé une « abjecte menace de mort de la fachosphère contre les fidèles de la mosquée de Pessac ». C'est la quatrième fois en deux ans que la mosquée de Pessac est ciblée par des actes antimusulmans, selon Abdourahmane Ridouane. Il a annoncé avoir porté plainte et demande un dispositif de sécurité plus important pour les fidèles.

« Pour la 4e fois, la mosquée de Pessac est profanée. Quatrième fois. Combien d'agressions islamophobes ? Combien impunies ? Les lieux et la liberté de culte doivent être respectés et protégés. C'est la garantie de laïcité de l'État de droit », a réagi Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise (LFI), sur son compte X.


Vous aimez cet article ? Partagez !