Nouvelle attaque au couteau à Paris au cri d'Allah Akbar : 1 mort et 2 blessés

Un Algérien poignardé à la sortie d'une discothèque à Lyon

Nouvelle attaque au couteau au cœur de Paris. Dans la soirée du samedi 2 décembre, un jeune a agressé au couteau des passants dans le 15e arrondissement de Paris, non loin de la Tour Eiffel. Bilan de cet acte terroriste meurtrier : un mort et deux blessés. Cette attaque au couteau et au marteau a eu lieu exactement à Grenelle, un quartier du 15e arrondissement de la capitale française.

Selon les déclarations faites par des sources policières et de justice, l'assaillant, né en France de parents iraniens, a attaqué un couple de touristes allemands, touchant mortellement l'époux. L'assaillant ne s'en est pas pris à la femme. Un chauffeur de taxi qui a vu la scène allait intervenir, faisant fuir l'assaillant qui a pris le pont de Bir Hakeim. Dans sa fuite, il s'attaquera au couteau et au marteau à deux autres personnes – dont les jours ne sont pas en danger, selon le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Connu de la DGSI pour sa proximité avec l'islam radical et des « troubles psychiatriques »

Selon les informations données sur l'attaque au couteau par les médias français, l'assaillant, Armand Rajabpour-Miyandoab, est né à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) en 1997 de parents iraniens. Il était connu des services de renseignement et de justice pour sa proximité avec l'islam radical. La DGSI le suivait aussi pour des « troubles psychiatres et neurologiques », comme l'a confirmé Darmanin moins de deux heures après l'attentat. Le jeune Armand a déjà fait de la prison et il semblait s'être détaché de la religion à sa sortie de prison. Mais cela aurait changé, notamment en raison de son instabilité psychologique.

D'ailleurs, l'assaillant a attaqué le couple allemand au cri d'Allah Akbar et l'attaque était liée directement à la recrudescence du conflit israélo-palestinien ces dernières semaines. Il l'a dit aux policiers qui l'ont interpellé peu après son acte. Il leur a dit qu'il « ne pouvait plus supporter que les musulmans meurent, tant en Afghanistan qu'en Palestine ». Il disait également que la France était « complice de ce que faisait Israël là-bas », selon une intervention du ministre de l'Intérieur qui s'est rendu sur les lieux vers 23 h, samedi soir, à la suite de l'attaque au couteau.

En outre, Gérald Darmanin a donné des indications sur les victimes du jeune Armand R. Il s'agit d'un Allemand, né aux Philippines, tué par l'assaillant de plusieurs coups de couteau. Pour ce qui est des blessés, des informations partielles ont été données à la presse. L'une des deux personnes blessées serait également une touriste de nationalité étrangère, selon le ministre français de l'Intérieur. L'autre est un homme français d'une soixantaine d'années.

Retour en haut
Share via
Copy link