La France a besoin de millions de travailleurs étrangers, selon le MEDEF

Travailleurs étrangers - France - Immigration

En France, la question de l’immigration et des travailleurs étrangers focalise les débats ces jours ci, et ce, dans le sillage de l’adoption de la nouvelle Loi immigration et asile. Cependant, les chefs d’entreprises par la voix du président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), Patrick Martin a regretté que le volet économique soit « occulté » des débats sur l'immigration. Selon lui, la France aura besoin de millions de travailleurs étrangers pour faire fonctionner son économie.

Après l'adoption de la loi immigration au Parlement, les organisations patronales françaises s'inquiètent des conséquences économiques et sociales de cette nouvelle loi. « Je trouve que le volet économique de ce débat a été occulté ou surfocalisé sur la régularisation des sans-papiers », a déclaré Patrick Martin, président du MEDEF à l'antenne de Radio Classique, le jour même du vote de la nouvelle Loi immigration.

Pour rappel, la nouvelle loi votée par le Parlement français a exclu la régularisation automatique des travailleurs sans-papiers exerçant dans les métiers dits en tension. Pourtant, le gouvernement faisait de cette question l’une de ses priorités, et ce, en réponse aux doléances de nombreux chefs d’entreprises qui sont montés au créneau en faveur des régularisations des travailleurs sans-papiers dans les secteurs en tension.

La France a besoin de 3,9 millions de travailleurs étrangers selon le MEDEF

Le patron du MEDEF a mis en garde contre la pénurie de main-d'œuvre en France et donc de la nécessité de l’immigration de travail. Selon lui, l'économie française devra « massivement » compter sur les travailleurs étrangers. « D'ici 2050, nous aurions besoin, sauf à réinventer notre modèle social, sauf à réinventer notre modèle économique, de 3,9 millions de salariés étrangers », révèle-t-il au micro de la radio française. « On pense qu’on aura du mal à échapper à ça, comme beaucoup d’autres pays qui ont fait ce choix », ajoute-t-il.

Le patron du MEDEF s'est exprimé auparavant sur la question de l’immigration et des travailleurs étrangers à l'occasion du conseil national de la refondation organisé à Bercy sur le modèle productif et social de la France. « La France doit s'interroger sur l'immigration choisie dont le pays aura besoin dans les prochaines années », a-t-il affirmé devant un parterre de fonctionnaires, experts et économistes à l'hôtel des ministres, rapporte La Tribune.

La France pourrait se retrouver en manque travailleurs les années à venir

Confronté à un vieillissement de la population en âge de travailler, la France pourrait se retrouver en manque de bras dans les années à venir, donc en manque de travailleurs étrangers. « La population active va baisser à partir de 2036. Or, il y a des régimes sociaux, les retraites, l'assurance-chômage et la santé qui sont assis sur les revenus du travail et de l'emploi », explique Patrick Martin. La plupart des enquêtes de conjoncture montrent, en effet, des tensions accrues sur le marché du travail en France.

Dans une récente enquête de la Banque de France, près d'une entreprise sur deux déclare avoir encore des difficultés de recrutement. En 2022, 8 métiers sur 10 étaient en forte tension ou très forte tension, selon une récente étude de la Dares. « Dans les métiers d'aide à la personne, on a d'énormes tensions de recrutement [...] 800.000 postes sont à pourvoir d'ici 2030 », a déclaré Patrick Martin.

Dans l'industrie, plus de 1 million de postes seront à pourvoir dans les dix prochaines années en France et le recours à l'immigration de travail sera inévitable, selon le gouvernement. « Si on arrive à former dans l'industrie 800 à 900.000 jeunes et moins jeunes dans les dix ans qui viennent, franchement, ce sera exceptionnel » et « il en manquera encore 100.000 à 200.000 (travailleurs) qu'il faudra sans doute aller chercher ailleurs », déclarait fin novembre Roland Lescure, le ministre français de l'Industrie, faisant allusion aux travailleurs étrangers.

Retour en haut
Share via
Copy link