Pedro Sánchez : L'Algérie est un pays ami et un partenaire stratégique

Pedro Sánchez - Algérie - Espagne - Sahara occidental - Maroc

Le dégel entre l'Algérie et l'Espagne se confirme de jour en jour et cette fois, c'est le président du Conseil du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, qui l'a acté dans une déclaration faite devant les 130 ambassadeurs de l'Espagne à travers le monde. Sánchez, par qui la crise, est venue brutalement, a en effet confirmé le processus de réconciliation lancé depuis septembre 2023, à l'occasion de l'Assemblée générale de l'Organisation des nations unies (ONU).

"L’Algérie est un pays ami et nous continuerons à œuvrer pour maintenir les relations avec ce partenaire stratégique", a asséné le Chef du gouvernement espagnol à l'occasion de cette rencontre avec les diplomates de son pays. C'est ce que rapporte le journal espagnol El Periódico de España qui a relevé cette nouveauté dans le discours du responsable espagnol.

Il faut dire que le processus de réconciliation a été enclenché en septembre 2023 à l'occasion de l'Assemblée générale des Nations unies. A cette occasion, le Chef du gouvernement espagnol a développé un discours qui a beaucoup aidé à l'amélioration des relations entre l'Algérie et l'Espagne. En effet, Pedro Sánchez avait plaidé pour une solution au conflit du Sahara occidental conforme à la charte et aux résolutions de l'ONU, et cela semble avoir été bien accueilli à Alger.

Les relations entre l'Algérie et l'Espagne ont repris en septembre 2023

En fait, l'évolution du discours espagnol a permis de renouer le contact entre les deux parties dès septembre 2023. Un développement qui a conduit à la nomination par les autorités algériennes, d'un ambassadeur d'Algérie à Madrid, dès novembre 2023. Et c'est ce processus qui a conduit le responsable politique espagnol à affirmer aujourd'hui que l'Algérie était "un pays ami" et "partenaire stratégique".

Il est utile de rappeler que la dégradation des relations entre l'Algérie et l'Espagne a commencé en mars 2022 quand le Chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez a remis en cause la position de l'Espagne dans le dossier du Sahara occidental, reconnaissant carrément la marocanité du territoire sahraoui, en contradiction avec les différents textes de l'ONU. Cela avait fait réagir les autorités algériennes qui avaient rappelé l'ambassadeur algérien en Espagne et gelé le traité d'amitié conclu en 2002 entre les deux pays. Pire que cela, cela a eu des répercussions importantes sur les relations commerciales ayant conséquences quasi dramatiques sur des centaines d'entreprises espagnoles.

Retour en haut
Share via
Copy link