Elle perçoit 25 ans de pension de retraite alors que sa mère est morte

France - Marocaine - Fraude sociale -Pension de retraite

En France, les affaires liées aux fraudes sociales sont légion. Face à l’ampleur du phénomène qui grève les caisses de l’Etat, les autorités françaises ont décidé de durcir les contrôles, notamment concernant les pensions octroyées pour les retraités dans les pays étrangers. Des contrôles qui finissent souvent par la découverte de plusieurs cas de fraude et dont les auteurs sont poursuivis en justice.

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé récemment avec une ressortissante marocaine qui a réussi à détourner durant plusieurs années la pension de retraite de sa mère versée par la France. Une pension indûment perçue par la fille car sa mère est décédée depuis 1998. Cette Marocaine de 70 ans qui percevait durant plus de 25 ans la pension de sa défunte mère a fini par être démasquée.

Cette indue bénéficiaire a été en effet condamnée, le 15 janvier dernier par le tribunal correctionnel d’Evreux, à 15 mois de prison avec sursis probatoire pendant 3 ans. La septuagénaire installée en France et qui se rend régulièrement au Maroc, son pays d’origine, est poursuivie pour escroquerie. Selon le média Paris Normandie, cette Marocaine n’avait pas déclaré le décès de sa mère, en 1998, et avait ainsi perçu sa pension pendant plus de vingt ans.

Près de 200'000 euros indûment perçus par la Marocaine

Face aux juges, la prévenue âgée de 70 ans a reconnu avoir escroqué la caisse des retraites. Elle a perçu indûment un peu moins de 200'000 € (840 € par mois) qu’elle doit désormais rembourser. Lors de son procès en appel, la septuagénaire s’en sort bien puisqu’elle a écopé de 8 mois de prison ferme à l’issue de son premier procès devant le tribunal correctionnel d’Évreux en juin 2023.

L’arnaque a été découverte en 2019 suite à un contrôle des bénéficiaires particulièrement âgés effectué par la caisse de retraite d’Île-de-France. Sur le papier, la pensionnée était alors âgée de 105 ans. Mais elle était en réalité morte depuis 1998, à 84 ans, soit depuis 21 ans. La fille de la défunte qui a expliqué aux juges avoir « pété les plombs » s’est engagée devant le tribunal à rembourser ce qu’elle doit à la Caisse de retraite en France soit près de 200'000 euros.

Retour en haut
Share via
Copy link