Air Algérie : Graves révélations sur l'affaire de corruption

L'affaire de corruption au sein d’Air Algérie n’a pas livré tous ses secrets. En effet, de graves irrégularités entachent le comité de participation de la compagnie, selon un rapport officiel. Le président du comité et le directeur d'une agence de voyages sont en détention, tandis que cinq autres suspects font face à une convocation du parquet d'Alger.

Le rapport triennal (2016/2017/2018) du contrôleur des comptes pointe du doigt des manquements aux protocoles de transfert de responsabilités et souligne l'incompatibilité des pratiques comptables avec la réglementation algérienne.

Le rapport officiel cité par le site arabophone Ennahar, épingle des irrégularités dans la sélection des fournisseurs, notamment concernant la Omra et les séjours familiaux. Le choix de l'agence de voyages « Majestic » pour les camps d'été s'est fait via une consultation à laquelle elle était la seule participante, menant à une entente de gré à gré.

Faits-divers Accusé du meurtre de son fils, il refuse son extradition en Algérie

Le rapport déplore l'absence de documents officiels pour les consultations des cliniques médicales, dentistes et laboratoires d'analyses. En plus, des surfacturations et des dépenses non justifiées entachent les factures de l'agence « Majestic ». Des vouchers falsifiés et des manipulations des comptes sont également suspectés.

Surfacturation et vouchers Air Algérie falsifiés

Le contrôleur des comptes a découvert, par ailleurs, une surfacturation des voyages présentés par l'agence de voyages « Majestic ». En parallèle, il constate une absence de documents justificatifs pour les dépenses de voyages, tels que la destination et le nombre de jours de séjour non spécifiés dans les visas, ainsi que les vouchers fournis par l'agence non confirmés par les bénéficiaires.

Par exemple, une facture est passée du tarif de 145 000 DZD, vers un voyage qui coûte 320 000 DZD, alors que le coût réel était de 175 000 DZD. Le rapport révèle également que l'agence de voyages fournit des vouchers falsifiés et choisit de prétendues résidences hôtelières pour manipuler les comptes.

Le comité de participation d’Air Algérie octroyait également des prêts aux employés sans contrats officiels, soulevant des doutes sur un possible détournement de fonds. De plus, l'absence d'inventaire matériel et moral aggrave les suspicions de malversations.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche


Vous aimez cet article ? Partagez !