Refus du visa France : Des étudiants algériens dénoncent une arnaque

Étudiants dans une salle - Drapeaux de la France et de l'Algérie

Une soixantaine d’étudiants algériens, inscrits à l'EDC Paris Business School, se retrouvent dans une situation complexe après le refus de leurs visas pour la France. Les étudiants accusent l’école parisienne d’arnaque et demandent le remboursement des frais d'inscription. 

Mise à jour : L'EDC Paris s'engage à rembourser les étudiants algériens

Le rêve d'étudier en France s'est transformé en un cauchemar pour une soixantaine d'étudiants algériens. Après avoir été acceptés à l'EDC Paris Business School, ils se sont vu refuser le visa d'entrée sur le territoire français, sans explication claire et sans possibilité de remboursement des frais d'inscription.

Il est connu que le processus d'obtention d'un visa pour étudier en France est souvent complexe et semé d'embûches. Ces étudiants algériens n'ont pas été épargnés par cette réalité. Malgré leur inscription dans un établissement français reconnu, ils se sont heurtés à un refus de visa.

Pourtant, les démarches pour étudier en France exigent, en principe, deux conditions préalables : l'acceptation au sein d'un établissement d'enseignement supérieur français, qu'il s'agisse d'une université ou d'une grande école, et l'obtention d'un visa d'entrée sur le territoire français.

4000 euros pour une inscription dans une université française, ils n'ont pas obtenu de visa

Malha Chabane, l'une des étudiantes concernées, a partagé son expérience sur LinkedIn, en soulevant l'injustice de la situation. Les étudiants, après avoir reçu le refus de visa, ont demandé le remboursement des frais d'inscription, estimant qu'il s'agissait d'une « arnaque ». Leurs démarches pour obtenir ce remboursement, documentées avec un relevé d'identité bancaire et les preuves du refus de visa, sont restées vaines.

Malgré les efforts entrepris, les étudiants n'ont reçu aucune réponse de l'EDC Paris Business School. Contactée par TSA, l'école n'a pas daigné fournir sa version des faits, laissant les étudiants dans l'incertitude et le désarroi.

Les sommes versées par les étudiants varient entre 2146 à 4539 euros. Au total, près de 200 000 euros ont été versés à l'école sans aucune prestation en retour. Cette situation révèle les failles du système et l'absence de protection des étudiants face à des pratiques abusives. Face à l'opacité de l'EDC Paris Business School et à l'absence de réponses concrètes, les étudiants appellent le consulat de France à intervenir pour trouver une solution. Ils exigent le remboursement des frais d'inscription et une meilleure prise en compte de leur situation.

Retour en haut
Share via
Copy link