Un sans-papiers algérien de 17 ans sauve un homme de la noyade à Bayonne

Un Algérien de 17 ans a été l’auteur d’un geste de bravoure en France. Mohamed Regragui n’a pas hésité à se jeter dans l’eau glaciale du fleuve de l’Adour à Bayonne, dans le Sud-ouest de l'Hexagone, pour sauver un homme de la noyade. Le geste de ce "harraga" algérien qui remonte au 6 janvier 2024, est passé inaperçu dans les médias de l’Hexagone, pourtant à l’affût du moindre fait divers impliquant les étrangers dans le pays.

Il aura fallu attendre, en effet, presque deux mois pour que le geste de bravoure de ce jeune Algérien soit évoqué dans un média français. Dans son édition de vendredi 23 février, le quotidien régional Sud Ouest, est revenu sur le geste héroïque de Mohamed Regragui, cet Algérien de 17 ans, en situation irrégulière en France qui a réussi le 6 janvier à sauver un homme de la noyade dans le fleuve de l’Adour, à Bayonne.

Ce jour d’hiver, vers 14 h 15, une altercation oppose deux sans abri, au bord de l’Adour, face à la mairie de Bayonne. L’un des protagonistes jette le sac de l’autre dans l’Adour. Son propriétaire saute à l’eau pour le récupérer. Mais c’était un acte de suicide car il est impossible pour lui de résister dans l’eau du fleuve. Sentant le danger que l'homme encourt, Mohamed Regragui n’a pas hésité à se jeter dans l’eau afin de lui venir en aide.

Faits-divers Arrivée d'Algérie, elle finit SDF avec son fils en France

« Je n’ai pas fait ça pour les papiers », soutient le jeune héro algérien

Le jeune Algérien a été suivi par un autre homme qui a plongé lui aussi dans l’eau. « Je ne connais pas l’autre qui a plongé, mais on a réussi à récupérer le monsieur. Il avait le visage sous l’eau », raconte Mohamed. « Chacun notre tour, on tenait la personne la tête hors de l’eau. Mais pendant ce temps, c’est nous qui étions sous l’eau. Alors on se le faisait passer pour respirer. On a réussi à sortir du courant et là, c’était bon », ajoute-t-il.

Dans son récit, le jeune Algérien affirme qu’il n’a aucune motivation derrière son geste. « Je n’ai pas fait ça pour les papiers et parler avec un journaliste. Je l’ai fait pour mon Dieu », soutient celui qui a rejoint lui-même l’Europe depuis l’Algérie comme harraga à travers une embarcation de fortune. Une aventure qui a failli lui coûter la vie. « Je suis venu en Europe par la mer et j’ai vu des gens se noyer. Mon bateau a coulé. J’ai passé 6 heures dans l’eau avant que les secours nous sauvent », raconte-t-il.

Le jeune Algérien recevra la reconnaissance de la ville de Bayonne

Mais le geste de bravoure de Mohamed ne doit pas passer sous silence, soutient Pascale Teyssandier, cheffe éducatrice du foyer Bakean, à Bayonne où est hébergé le jeune Algérien. « Il pourra faire une demande pour un contrat jeune majeur avec l’Aide sociale à l’enfance (ASE) si celle-ci valide le principe », explique-t-elle. « Cela lui ouvrirait des aides (…) Peut-être dans la foulée du stage de plaquiste qu’il effectue en ce moment. Au bout de cette projection, peut-être un droit au séjour durable », ajoute la responsable du foyer.

C’est d’ailleurs dans le but de venir en aide au jeune héro algérien que la cheffe du foyer Bakean, a voulu médiatiser son geste de bravoure. « C’est notre initiative que d’en parler. Pour laisser une trace utile à ses démarches, oui. C’est un acte citoyen, par quelqu’un de bien. Il y avait de nombreux autres témoins ce jour-là et c’est lui qui a sauté », souligne Pascale Teyssandier. D’ailleurs, c’est sur sa demande que le jeune héro algérien recevra, le 11 mars 2024, la reconnaissance de la ville de Bayonne, lors d’un moment officiel en mairie.

Faits-divers Regroupement familial par bateau de harraga : Comment des parents algériens ont envoyé leur fille en Espagne


Vous aimez cet article ? Partagez !