Un Algérien sous OQTF se fait passer pour son cousin

Un Algérien de 30 ans qui faisant l’objet d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français) n’a pas trouvé meilleur moyen pour échapper à sa situation que de se faire passer pour une autre personne, lors d’un contrôle à un barrage routier. Présenté à la justice, il a été condamné, le 7 juin dernier, à la prison avec sursis.

Le 15 février 2024, vers 16h30, les gendarmes du peloton motorisé de Neufchâtel-en-Bray se trouvent à la barrière de péage d’Aumale sur l’A29, en territoire d’Haudricourt (Seine-Maritime). Ils décident alors de contrôler une camionnette appartenant à une société de location. Mohamed, âgé de 30 ans et originaire d’Algérie, est au volant rapporte le média Paris Normandie. « Il déclare ne pas avoir ses papiers sur lui », résume la présidente du tribunal correctionnel de Dieppe.

Face aux gendarmes, Mohamed prétend s’appeler Nassim et donne la date de naissance de ce dernier. Cependant, il se trompe dans la date de naissance de son cousin. Les gendarmes le lui font remarquer, ce qui conduit Mohamed à avouer. « C’est à ce moment qu’ils découvrent qu’il fait l’objet d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français) », poursuit la juge en l'absence du mis en cause, ce dernier est domicilié à Rouen et il est représenté par un avocat.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

Condamné à trois mois de prison avec sursis

Les gendarmes constatent alors que le jeune algérien conduit sans permis. En revanche, ses tests de dépistage d’alcoolémie et de stupéfiants se sont avérés négatifs. Son casier judiciaire est également vierge, lui qui a déclaré aux enquêteurs qu’il se trouve en situation irrégulière en France depuis 4 ans. La procureure a exprimé son regret de constater que Mohamed n’a pas respecté l’arrêté préfectoral à deux reprises. Elle demande alors une peine de trois mois de prison avec sursis ainsi qu'une interdiction du territoire français.

De son côté, l’avocat de Mohamed explique que « c’est spontanément » que ce dernier a avoué sa véritable identité. « Par crainte des gendarmes, il avait d'abord donné une autre identité », lance-t-il. Et de souhaiter voir son client rester en France, où il va bientôt devenir père : « il vit avec une famille en France et demande sa régularisation. Un enfant va bientôt naître. Pensez à cet enfant qui va venir au monde… », demande l’avocat. Après délibérations, le tribunal condamne Mohamed à trois mois de prison avec sursis.


Vous aimez cet article ? Partagez !