Les prix du pétrole ont enregistré une forte hausse depuis mardi 4 août. En ce mercredi 5 août, le cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) a dépassé les 46 dollars. Concernant la référence américaine WTI, elle a passé la barre des 43 dollars. L'or noir revient ainsi à des niveaux inédits depuis le mois de mars dernier, soutenu par la baisse significative des stocks américains.

Les cours du marché pétrolier sont en nette augmentation en ce mercredi. Vers 13 heures (heure algérienne), le baril du Brent de la mer du Nord, pour livraison en octobre, a atteint 46,15 dollars. Soit une hausse de 4,04 % par rapport à la clôture de mardi. Quant à la référence américaine le West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en septembre, elle a gagné 3,86 %, passant à 43,31 dollars.

Ces deux références de pétrole n’ont pas été aussi hauts depuis cinq mois et la chute déclenchée par la pandémie de Covid-19 ainsi que la guerre des prix entre la Russie et l’Arabie saoudite.

Les prix du pétrole ne devraient pas augmenter pour cet été

Selon de nombreux analystes, cette hausse des prix des cours est le résultat de la baisse attendue des stocks de brut et d'essence américains. Néanmoins, Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank, a estimé que « l'optimisme affiché par les acteurs du marché pétrolier et les prix du pétrole eux-mêmes sont excessifs ». Selon le spécialiste, « l'expansion prématurée de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et le fait que la demande reste assez faible plaident contre toute nouvelle hausse des prix ».

Un thèse soutenue par Bjornar Tonhaugen, de Rystad Energy qui a indiqué que « la Covid-19 reste préoccupant et la hausse continue des infections devrait permettre de contenir les prix pendant le reste de l'été ».

Une donne qui n’arrange pas l'économie algérienne qui se trouve en grosse difficulté après la chute libre des prix du pétrole. Ce qui a engendré des conséquences très néfastes pour l'Algérie, à l'image de sa monnaie qui connait une dépréciation spectaculaire.

Lire aussi : Le Liban veut se débarrasser du monopole de Sonatrach