Ali Bey Naceri, président de l'Association nationale des exportateurs algériens (ANEXAL), suggère de revoir le contenu de l'accord relatif aux exportations qui relie l'Algérie à l'Union européenne (UE). Il rappelle que cet accord, élaboré en 2002, manquait d'équilibre, puisque l'Algérie à cette époque vivait une situation politique extrêmement difficile. 

Intervenant sur les ondes de Radio Chaîne 3, le président de l'ANEXAL explique que pour rééquilibrer cet accord, il est nécessaire de revoir les articles « qui sont pénalisants » pour le partenaire algérien. Il cite, à titre d'exemple, l'article 34 relatif à la compensation, disposant que si on protège un produit, on est dans l’obligation de le compenser. Selon Ali Bey Naceri, cela « n’a jamais été fait ».

Le président de l'ANEXAL rappelle qu'en 2010, l'Algérie avait demandé un deal de trois ans pour rendre son industrie plus compétitive. Cependant, les partenaires européens n'ont pas donné à l'Algérie l'occasion de se mettre à niveau. Il estime, par ailleurs, qu'il n'est « pas normal » que l'Algérie importe des produits dérivant de la pétrochimie et n'exporte pas de services vers l'UE.

Ali Bey Naceri appelle à renégocier l'accord avec l'UE

Ainsi, Ali Bey Naceri appelle à renégocier l'accord d'association avec l'UE relatif essentiellement aux produits alimentaires. Pour le président de l'ANEXAL, il est temps de faire un diagnostic stratégique avec l'UE et les experts algériens. Il souligne que « l'Etat ne doit pas parler avec lui-même », ajoutant qu'il est impératif d'impliquer le secteur productif national dans toutes les négociations avec les partenaires étrangers.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Il importe de rappeler que l'accord global d'association avec l'UE comporte non seulement des volets économiques, mais aussi politiques, sécuritaires et culturels. L’Europe gagnerait à avoir une vision stratégique concernant l’approche de ses relations avec l’Algérie.

Lire aussi : Algérie : Appréhensions sur l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange Algérie-Union européenne en septembre