Le gouvernement a décidé de relancer le projet de privatisation de plusieurs entreprises publiques. Cependant, il ne mentionne pas comment devra se faire cette opération. Ainsi, de nombreux experts expliquent que, dans un contexte économique complexe, il est difficile de dire exactement ce qu'il faut faire, quand et comment il faut le faire.

En effet, de nombreux experts estiment que l'Exécutif "doit rester réaliste et admettre qu'il faut régler une fois pour toute le problème de management des entreprises publiques". Ils expliquent qu'il est lassant de débattre constamment, depuis des années, des mêmes problèmes.

L'ancien cadre des Fonds de participation de l'Etat, Ali Hamani, déclare au quotidien Liberté que l'idée de la privatisation des entreprises publiques "pourrait être une solution envisageable". Cependant, il s'interroge sur l'identité des entreprises qui bénéficieront de cette opération. En outre, il explique qu'il faut répondre à plusieurs questions dont nous n'avons pas de réponse. Entre autres, qu'est-ce qui est la privatisation des entreprises publiques ? Que faire des actifs négatifs qui encombrent le secteur public ?

L'idée de la privatisation n'est qu'au stade préliminaire

Ainsi, Ali Hamani recommande au gouvernement de replacer l'entreprise publique au cœur du tissu économique et industriel vivant. Aussi, il déclare qu'il est temps de dépasser l'approche traditionnelle et les méthodes passéistes. Selon cet ancien cadre, l'essentiel est de parvenir à mettre en place une industrie tournée vers la performance, puisque plusieurs entreprises publiques pourront y contribuer.

L'expert financier Souhil Meddah, a fait remarquer, quant à lui, que l'idée de la privatisation des entreprises publiques n'est qu'au stade de la réflexion préliminaire en Algérie. C'est une bonne idée, estime-t-il, que l'Etat mobilise l'épargne en faisant participer les petits porteurs à l'ouverture du capital des entreprises publiques. Toutefois, il ne sera pas possible, selon cet expert, de réaliser grand chose avec des sociétés déstructurées.

Lire aussi : Algérie : Vers de nouvelles privatisations des entreprises publiques ?