La valeur du dinar algérien a connu une nouvelle hausse face à l'euro en ce vendredi 25 septembre. Après plusieurs semaines caractérisées par la baisse, la monnaie locale connaît depuis quelques jours un léger rebond sur le marché des devises.

Ainsi, selon les chiffres de la Banque d’Algérie du 24 septembre, l’euro s’échangeait à 150,83 dinars à l’achat et à 150,87 dinars à la vente. Contrairement à l'euro, le dollar a connu une légère hausse avec un taux de change de 129,44 dinars à l’achat et de 129,46 dinars à la vente. Il faut signaler que ces taux ne sont valables que pour les transactions officielles de la Banque d’Algérie.

Notons que la valeur du dinar sur le marché officiel a connu depuis de nombreuses semaines un véritable effondrement. Depuis février dernier, la monnaie nationale a baissé de près de 17 %, passant de 130 dinars pour un euro à plus de 152 dinars. Face au dollar, elle est passée de 118 dinars en mars à 129 dinars ces jours-ci. Cette dépréciation du dinar intervient dans un contexte de crise économique. L’Algérie traverse des difficultés financières énormes traduites par cette dévaluation drastique sur le marché officiel. Un effondrement des cours de la monnaie nationale déjà prédit par les économistes.

Le dinar se stabilise face à l’euro sur le marché noir

Sur le marché noir, la valeur du dinar a connu certaine stabilité. En ce jeudi 24 septembre, la monnaie européenne s’échangeait aux alentours de 198 dinars à l’achat et de 195 dinars à la vente. De son côté, un dollar vaut 168 dinars à l’achat et à 172 dinars à la vente. Enfin, le dollar canadien s’échange à 122 dinars à l’achat et à 126 dinars à la vente.

Selon les observateurs, cette stagnation des cours au niveau du marché noir des devises en Algérie ne va pas persister. La réouverture prochaine des frontières et le retour à la normale des activités commerciales, notamment les importations, feront grimper les cours des monnaies étrangères sur le marché informel. Selon les cambistes, l’euro, qui reste la monnaie la plus demandée par les Algériens, pourrait « aisément » atteindre 250 dinars.