La Banque d’Algérie a révélé que la liquidité globale des banque continuait son assèchement. Dans un communiqué sur la situation économique durant le premier trimestre 2020 et les perspectives d’évolution du secteur bancaire, la Banque d’Algérie a précisé que cette liquidité atteindrait 916,7 milliards de dinars à fin mai 2020.

Ainsi, selon ce communiqué, “la liquidité globale des banques a poursuivi sa baisse en 2020, passant de 1 557,6 milliards de dinars à fin 2018, à 1 100,8 milliards de dinars à fin 2019, pour atteindre 916,7 milliards de dinars à fin mai 2020, soit une contraction de la liquidité de 184,2 milliards de dinars par rapport à son niveau enregistré à fin 2019”. La Banque d’Algérie rappelle que dans ce contexte d’assèchement rapide de la liquidité, elle a procédé dès mars 2020 à la réduction du taux de réserves obligatoires. Elle a également abaissé de 25 points de base (0,25%) son taux directeur pour le fixer à 3,25%.

Nouvelle mesure pour juguler les effets du manque  de liquidités

Afin de juguler les effets de cette crise sur le système monétaire, la Banque d’Algérie vient de publier une nouvelle instruction pour permettre aux banques primaires de baisser le taux de prime exigé au titre de leur participation au dispositif de garantie des dépôts bancaires. Elle indique que “le taux de la prime due par les banques ainsi que les succursales de banques étrangères exerçant en Algérie, au titre de leur participation au système de garantie des dépôts bancaires, est fixé pour l’exercice 2019, conformément à la délibération du Conseil de la monnaie et du crédit en date du 7 décembre 2020, à 0,1% de l’ensemble des dépôts enregistrés au 31 décembre 2019”.

Cette instruction a pour objectif de dégager de nouvelles ressources de financement pour l’économie nationale. Elle vise à atténuer le double impact de la pandémie de Covid-19 et de la baisse des prix des hydrocarbures sur la croissance.

Lire aussi : Grave crise de liquidité à la Banque d’Algérie